Apocalypse Please

Apocalypse Please. Humain ou Chimère, êtes-vous pret à tenter de survivre dans Paris ? À changer le monde ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aiko C. Kotobuki

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 19

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Smith & Wesson 36
Capacités physiques: Assez bonnes

MessageSujet: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   Mar 8 Mai - 5:08

« Un règlement de compte a eu lieu ce matin vers 3:00. Jules Fraid et Alex Bopera sont tout les deux décédés. »

Je riais sadiquement dans mon journal. Penchée contre le mur, une clope au bec : ce journal était marrant. Ces deux cons sont tout le deux mort du coup ! Laissez-moi rire, je vous en prie ! Quel âge avaient-ils ? La trentaine, non ? J'ai 17 ans, je suis déjà recherchée par la police - pas exactement, il ne savent pas que c'est moi l'auteur de plusieurs crimes dont ils cherchent le meurtrier - et on a essayé de me tuer à plusieurs reprises. Je jette ma cigarette au sol, puis je l'écrase. Je m'en vais en jetant le journal sur un vieux sans-abri.

Prends-ça, la nuit sera rude...

Quel gentillesse, non ? Oui, oui, je suis bien le genre de fille à couvrir les clochard d'or et à leur offrir tout mes journaux ! Vous y avez vraiment cru, abrutis ? Ah, ah, ah ! Je suis la plus sadique de ce monde, je crois bien.

Putain, quel quartier de merde. SDF, trafiquant de drogues, meurtres, contrefaçons... Ici, si vous avez pas un flingue, c'est direct derrière une poubelle que vous irez et pas dans un cimetière ! Je ne peux m'empêcher de rire ! On veut me faire internée, je suis folle, je suis une tueuse ! Tout à coup, je vis sur le journal d'une personne - en regardant ses jambes, une femme - appuyée contre le mur quelque chose qui m'interpella.

« Aiko Kotobuki la fille de Hatsuhiko Kotobuki est aujourd'hui encore recherchée, même si la gendarmerie la considère pour morte. »

Putain, comment ils peuvent dire ça ! Je ne suis pas morte, loin de là ! Et je ne compte pas crever maintenant ! Pas moi, non, je veux survivre ! La haine me monta au crâne. Par un réflexe de colère, je sortis mon revolver avant de tirer sur la première page du journal, l'article me prétendant décédée. Je n'ai pas blesser la femme lissant, le journal, non la balle s'est enfoncée dans le mur. Un sourire sadique s'afficha sur mes lèvres. Il pleut. Mes cheveux que j'avais soigneusement lissés commence à boucler. Beaucoup de personne se tourne vers moi. Ils me regardent, comme si j'étais folle. Mais, ne le suis-je pas ? Ah, ah, ah ! Qu'ils viennent, cette bande de cons ! Qu'ils essaient de tuer la fille habillée en militaire, car oui, aujourd'hui, je suis habillé en militaire !

Baka...

Je baissa mon bras. La personne ne bouge pas. Abrutis, abrutis de journalistes. Ils écriraient n'importe quoi pour vendre leurs merdes de papiers ! Je baissa la tête. Mes yeux dans l'ombre me donnent un air pas très rassurant. Mes cheveux maintenant bouclés d'une couleur rouge sang gouttent. Je commence à rire sadiquement. Internez-moi, c'est ça ! Je tuerais le personnel de tout l'établissement pour venir ensuite vous tuer.


Dernière édition par Aiko C. Kotobuki le Mer 9 Mai - 7:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayra Olké

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 01/05/2012
Localisation : Une rue?

MessageSujet: Re: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   Mer 9 Mai - 7:49

Je venais de passer une nuit, entouré de cadavres, dans un hangar abandonné. En effet, hier, j’étais tranquillement à la recherche d’un endroit où passer la nuit (je précise que j’étais d’assez bonne humeur). Je vagabondais dans les rues à moitié désertes de Paris. J’entrais dans une bâtisse qui me paraissait bonne pour un bon coup de « envoyez la sauce, et rasez moi ce truc informe ! », que je crus qu’elle était inhabitée. Erreur pauvre fille, une bande de gangster y avait élu domicile. Tant pis, maintenant que j’avais posé un pied à l’intérieur, je n’allais pas faire marche arrière, surtout face à une bande de chiffe molles ! Ils étaient six au totale. Un vrai jeu d’enfant. Il aurait pu y en avoir plus tout de même. C’était tellement simple que ça en devenait déconcertant. Je vous jure, personne ne m’envoyait d’adversaire à ma hauteur. Ça en devenait presque lassant à la longue. Ce battre contre des tafiotes ne m’excitais pas à ce point, comme on pourrait le croire. Ils me regardaient du genre :

« Ça c’est de la minette ! », « j’me la fais ! Et je l’ai dit en premier ! », « Incapable de se battre la pauvre goncesse », « Pas mal… », « Elle n’aurait pas dû rentrer ici, elle ne va jamais en ressortir. ».

Tous me regardaient avec un sourire débile sur les lèvres, et, noté en lettres capitales, « pigeons » sur leur front. Ils n’étaient pas au bout de leur peine, les pauvres petits crânes d’œufs où se noie un pois chiche dans la connerie qui à prie la place de leur cerveau. Un pois chiche pour les six forcément, ils se le passe à tour de rôle, sinon ce n’est pas drôle. Et ce jour-là, je pense que c’est le grand blond qui l’avait eu en cadeau, pour les dernières heures de sa misérables vie, il avait bénéficié d’un cerveau (=pois chiche riquiqui). M’enfin bref, passons, ils étaient donc tous assit sur un vieux sofa dont les ressorts sortaient de toutes parts, et me regardaient en éclatant de rire. Je ne voyais pas ce qu’il y avait de drôle à savoir qu’ils vivaient leurs derniers instants sur cette terre. Ils étaient plus stupides que je ne le pensais… Alors commença ce qui était allé être le plus intéressant de ma journée. Le premier à s’approcher de moi fut un petit, musclé, aux cheveux noir et aux yeux violets. Il eut à peine le temps de toucher son étuis où l’attendait son GLOCK S.A 177 qu’il était déjà à terre, la vie l’ayant quittait instantanément. Ils se levèrent tous de leur sofa miteux, intrigués par ma force et mon agilité. Et complètement dégoutés que j’ai tué un de leur pote. Après se fut très rapide. Ils tombèrent comme des mouches. Même avec leurs armes très sophistiquées ils n’arrivaient pas à m’atteindre. Je m’endormis en baignant dans leur sang et au milieu de leurs cadavres froids et sans vie.

Un rayon de soleil me réchauffa la figure et me réveilla doucement. Mes cheveux et mes vêtements avaient pris la teinte du liquide dans lequel j’avais dormit toute la nuit. J’étais complétement, de la tête aux pieds, rouge. Je décidai de me laver et de me dénicher des vêtements à peu près propres. Dans le sac de mes gentils compagnons de chambre, j’extirpai un grand tee-shirt couleurs militaires et un treillis marron qui allait avec. Je pris les plaques de tous mes mais morts et me les passai autour du cou. Je sorti de ma tanière et rodai dans les rue de Paris. J’achetai le journal de la journée et m’adossai à un mur pour le lire tranquillement (faute de bancs, je n’allais pas m’assoir par terre tout de même). Je ne faisais pas attention à l’agitation soudaine qui éclata autour de moi à l’arrivée d’une jeune fille. Mais lorsqu’elle me tira dessus je ne pus m’empêcher d’afficher un sourire sadique et amusé. Elle semblait être quelqu’un à ma hauteur, de plus elle me provoquait. Que la partie commence !! Et elle promettait d’être passionnante ! Il se mit à pleuvoir pour arranger le tout. Cela donnait du piment à l’affaire. La fille rit sadiquement et c’est l’instant que je choisis pour sortir ma dague d’argent et mon katana d’acier. Je me mis dans son dos et lui plaça la dague sous la gorge. ça y est la partie est commencée, qui finira game over ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko C. Kotobuki

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 19

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Smith & Wesson 36
Capacités physiques: Assez bonnes

MessageSujet: Re: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   Mer 9 Mai - 8:01

Spoiler:
 

Elle m’attrapa par le dos. Faible, faible, faible ! N'est-elle pas capable de m'attraper par devant. Je souriais sadiquement, je n'avais pas peur de cette imbécile. Je n'étais pas contre elle au début, non, non. J'étais contre ce putain de journal. J'avais eu envie d'aller dans l'établissement du journal et tuer tout ces cons d'écrivains. Alors qu'elle allait me planter son couteau dans la gorge, je ris. J'éclatai haut et fort de rires, rires sadiques pour ne pas changer.

Tue-moi, tu auras une forte récompense si tu me tue car je suis... je suis...

Je m'étripai des bras de la brune en m’égratignant la gorge. Une petite goutte de sang coula. Aucun problème, ce n'était rien de grave ! Mais pour elle... ça allait être très grave. Je pourrais la tuer, mais ce ne serait pas drôle, alors. Laissons-là mijoter dans son bouillon. Touchons-la mentalement pour mieux l'affaiblir physiquement... Je passai vite devant elle pour lui mettre mon pistolet sur le crâne. Cette faible n'avait pas osé me prendre par devant, alors je le fis à sa place. Je ris follement et sadiquement. Stupide, stupide ! Mes pupilles rétrécirent sur le coup de ma folie. J'avais l'air de quoi ? D'une folle, me dites-vous ? Et bien, je le suis peut-être. Surement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayra Olké

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 01/05/2012
Localisation : Une rue?

MessageSujet: Re: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   Jeu 10 Mai - 6:16

A peine sentit-elle la dague sur sa gorge, qu’elle se mit à exploser de rire. Elle riait d’une façon qui me rappelai étrangement les malades mentales. Peut-être en faisait-elle parti. Après tout pourquoi pas ? Elle avait quand même tiré sur une personne qui ne lui avait rien fait, pour l’instant … (en l’occurrence moi !!).

Tue-moi, tu auras une forte récompense si tu me tue car je suis... je suis...

Te tuer pour de l'argent de m'intéresse pas, la coupai je.

Elle passa sous mon bras pour se dégager de mon étreinte…mortelle, et frôla légèrement ma si belle dague (mais qui est encore plus belle maculée du sang de mes chères victimes). Je vis une petite goutte de sang couler. J’adorais quand c’était moi qui ouvrais la première !!! J’aime plus que tout blesser mon ennemi, avant que lui ne le fasse. C’était un peu mon combat intérieur et ma victoire personnelle.

Elle se retourna pour me faire face et plaqua sur ma tempe un revolver. Comme nous étions face à face je pus voir ses pupilles se rétracter. Elle avait comme changeait, imperceptiblement. Elle avait l’air d’être sujette à la folie. De mieux en mieux ! J’adorais déjà ce combat qui promettait d’être magnifique. J’en étais toute excitais. Je penchai ma tête sur la droite, comme si je regardais un chien et que je voulais suivre son regard. Je lui souris en lui adressant un clin d’œil. Je me retournai brusquement pour lui tourner le dos. Je lâchai mes lames tranchantes pour aller chercher dans mes poches mes deux chéris. Deux beaux flingues que je chérissais plus que tout (après mon IPod, mon casque audio et mes chewing gum). Avec un, je retirai le sien qui avait le canon collé à mes cheveux et l’autre je le dirigeai vers sa poitrine. Vers le cœur, qui fait boum boum dans la cage thoracique.

Comme ça, ça te dit ? On est toutes les deux avec un flingue. Deux pour moi pauvre petite. (rires de dégénérée) Je te dis tout de suite que tu vas mourir dans quelques instants, veux-tu continuer la partie ?

Dis-je en me retournant pour la contempler. La rue était maintenant déserte et nous avions toute la place que nous voulions. Mes plaques de militaires cliquetaient à mon coup, soufflées par le vent qui venait de se lever. Ah, cette journée allait être merveilleuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko C. Kotobuki

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 19

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Smith & Wesson 36
Capacités physiques: Assez bonnes

MessageSujet: Re: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   Ven 11 Mai - 6:28

Ah, ah, ah ! Je riais encore en pointant mon flingue sur sa tête. Je ne voulais pas lui exploser la cervelle, pas maintenant. Je voulais la détruire mentalement, puis la blesser, pour qu'elle souffre en enfin l'achever pour abreuver ses souffrances. Je suis cruelle, mais quand même quand quelqu'un souffre faut bien l'aider ! Ah, ah, ah !

Te tuer pour de l'argent de m'intéresse pas...

Je mettais ma main devant ma bouche pour exploser de rire. Quelle conne ! Elle ne voulait pas d'argent, hein ? De toutes façons, je ne sais pas comment elle aurait pu prouver que c'était moi cette tueuse. Personne ne connait mon visage !! Ces poulets débiles me recherchent alors qu'ils ne savent rien de moi ! Ah, ah, ah !

Elle se retourna. On se rétracte, ou quoi ? J'entendis le tintement de magnifiques flingues. Ah, j'aime ce doux tintement signaleur de notre mort... Elle se retourna et tira dans mon précieux Smith & Wesson. Attention, quand il s'agit de mon flingue, je peux être très méchante. Mes pupilles reprirent leurs grandeur normale. Non, non ! Rien ne se passera comme ça, personne ne tuera Aiko, je veux vivre et elle doit crever !

Comme ça, ça te dit ? On est toutes les deux avec un flingue. Deux pour moi pauvre petite. Je te dis tout de suite que tu vas mourir dans quelques instants, veux-tu continuer la partie ?

Elle rit comme une folle et après on veut m'interner... La rue s'était vidée. Je ne savais plus quoi dire. Non, non ! Non ! Ce n'est pas possible, je suis une tueuse, je suis recherchée, on me hait ! Dieu haïssez-moi !! Je baissais la tête mes yeux à l'ombre me donnaient un air de folle. Je riai.

Aiko Chihiro Kotobuki ne mourra jamais... alors que tous ces putains de journalistes crèvent pour avoir dit cette connerie dans le journal ! finis-je en éclatant d'un rire sadique.

Je courus derrière elle et lui donna une coup de pied dans le dos pour qu'elle perde l'équilibre. Je n'avais peut-être plus de flingue, mais mes capacités étaient assez bonnes. Je riais follement, sadiquement ! Oh, je hais ce monde alors haïssez-moi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
N'ais pas peur, il n'y a que 5 meurtres par semaine ici ! [ PV : Ayra Olké ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?
» Les tunnels/grotte/passage souterrain et la peur
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme
» La peur d'un cauchemar... [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalypse Please :: Partie RP :: Paris même :: Bas-Fonds-
Sauter vers: