Apocalypse Please

Apocalypse Please. Humain ou Chimère, êtes-vous pret à tenter de survivre dans Paris ? À changer le monde ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après la pluie vient le beau temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Après la pluie vient le beau temps   Mer 1 Fév - 7:24

Je ne savais pas vraiment comment j'étais rentrée. Certainement qu'Oz m'avait portée jusqu'à chez lui, encore une fois, j'avais du finir dans ses bras. J'ouvris les yeux pour les poser immédiatement sur un réveil digital affichant presque neuf heures du matin. Les rideaux étaient tirés mais le soleil s'immisçait tout de même dans la pièce. Encerclant tout objet d'un jeu de lumière dorée, l'astre du jour brillait, il devait donc faire beau dehors, voir même agréablement chaud, une belle journée s'annonçait en perspective. Je pris conscience de l'endroit où j'étais; dans la chambre de mon petit-ami, la tête dans les oreillers, le corps lourd enfoncé dans le matelas comme s'il voulait le transpercer. J'avais un horrible mal de tête, comme une gueule de bois, sauf que je n'avais pas bu une seule goutte. J'avais du mal à réaliser, à me remettre dans le contexte de tout ce qui s'était passé depuis une semaine. Les souvenirs violents de la veille me revenait par bribes, comme des sursauts, chaque fois que mes paupières se fermaient. C'étaient des flashs, des images qui se succédaient, et mon coeur qui palpitait et manquait un rebond à chaque fois. Je sursautai et me redressai d'un coup. Je passai mes mains dans mes cheveux en haletant, rabattant les mèches noirs poisseuses. Mon front était en sueur, je ne me sentais vraiment pas bien. Je fis une queue de cheval avec ma tignasse déconfite et l'accrochai avec un élastique enroulé à mon poignet. Mon cerveau n'assimilait que très mal les tonnes d'informations qui y défilaient et je me sentais comme sur le point d'imploser. Des frissons et des tremblements me parcouraient le corps sans arrêt. La pièce était blanchâtre, les murs salis par le temps. Une armoire trônait en face de moi, une de ses portes ouvertes sur plusieurs sweats dont un rouge, le sempiternel haut d'Oz. Mon flingue était posé sur la table de nuit, juste à côté du réveil, mais aucune trace de mon poignard. J'étais encore en soutien-gorge, et je sentais que le tissu de mon slim était arraché un peu partout et ma peau frottait contre les couvertures. Je rabattis ces dernières pour m'extirper avec difficultés de là. En vacillant, l'esprit plein à craquer d'images, j'allai ouvrir la porte. Je débouchai sur le salon où le jeune homme blond ronflait dans le canapé. Un de ses bras pendouillait dans le vide, sa main posé de dos contre le sol. Son autre bras était rabattu sur son front, il dormait bruyamment. Je souris, malgré mes petites convulsions malheureuses. Je m'appuyai contre le chambranle pour le fixer un instant puis je détournai mon regard vers la fenêtre - c'est à dire le trou dans le mur. Les rues étaient désertes, les immeubles sortant de la terre comme une forêt de bâtiments en béton. Mes les débris étaient nombreux, je me demandais à quoi devait ressembler Paris avant la guerre; avant que tout ne change, pourquoi n'avais-je pas connu cette belle époque. Des grognements me tirèrent de mes pensées. Oz était en train de se réveiller, je restai contre la porte, à le regarder, un beau sourire éclairant mon visage quand il ouvrit enfin les yeux. Mais je me rendis compte qu'il avait eu un sommeil agité quand il me sauta dessus en hurlant mon prénom et en s'exclamant que j'étais vivante.
- Oz, tu m'écrases là, fis-je d'un air blasé.
Mais qu'est-ce qu'il lui arrive encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Mer 1 Fév - 7:52

...Je tenais à peine debout et en même on pouvait comprendre,j 'avais une personne dans les bras et une accrochée dans mon dos.. La journée était bien entamée mais il s'était passé tant de chose...L'Elysée...Marie...Nina..un jeune homme..Withney...Makiko.. Tant de choses,tant de gens,que tout cela se mélangeais dans ma mèmoire. J'avais donc porté les deux personnes.Deux personnes qui m'étaient très chère,Nina et Makiko.Toute les deux semblaient blessés mais la pire était sans l'ombre d'un doute Makiko.Le chemin m'avait paru interminable,plusieurs fois j'avais failli tomber,m'arrêter mais à chaque fois je me forçais à avancer,à continuer à marcher.Je perdais pas de vue,l'image de Makiko et Nina,dans les bras avant que Marie débarque,cela m'aidait à les ramener à la maison.Je finis par apercevoir la dite-maison,un peu en ruine.Je rentrais par le trou dans le mur,qui servait de porte.Les murs du salon,la première pièce,était tâché de sang,sang que Makiko avait fait couler.Le sang des mafieux.Une première rencontre.J'avais failli la tuer quand j'avais appris qu'elle était recherché et aujourd'hui j'avais aidé à supprimer ma chef,pour ne pas quitter Makiko.Décidément,la vie m'avait réservait bien des surprises.J'avais posé Nina dans sa chambre et Maki' dans la mienne et toute les deux,je les avais couvertes.Elles dormaient déjà.J'avais fini moi-même par m'allonger sur le vieux canapé usé,qui aurait était mieux à la casse.Au bout de quelques minutes,j'avais sombrais dans un sommeil profonds et tout avait pu m'entendre ronfler. (Oui je ronfle et alors ?! )


Un corps.Du sang.Cheveux noirs.Yeux verts.Une main griffue.Makiko.Makiko,qui se tord dans tout les sens,sa peau semblait contenir quelque chose.Une bête,un monstre,peut-être.Elle se tortilait,une impression douloureuse sur le visage.Je n'étais pas là.Je regardais,simple spectateur.Je voyais une autre femme dans un coin,elle bougeait les mains,et le corps de ma petite-amie,se tordait en rythme avec ses mains.Puis il y eut un grand déchirement.Je vis la peau de Makiko se déchirer,des lambeaux de chairs et de vêtements s'éparpillais un peu partout.Et dans un grand cri,un animal,noir,une panthère sans doute,sortit du corps désormais sans vie de ma p'tite copine.Un hurlement.Je compris que c'était moi qui hurlais,un rire sinistre,la femme qui avait fait ça,ricané et...

BLAHH !!Un réveil plutôt brutal,j'étais tombé du canapé usé.Je me frottais la tête et je vis Makiko.Je lui sautais littéralement dessus,encore un peu dans mes rêves.Je criais son prénom,et lui disait qu'elle était encore vivante.Mais sa voix,un peu blasée,me calma,vite fait,bien fait.
Oz, tu m'écrases là
Je la lâchais.Et reculais d'un air gêné,en me passant une main dans ma tignasse.Expliquer,ce à quoi j'avais rêvé,serait stupide.
Oups,excuse-moi.J'pensais que tu serais en meilleure forme.Faut que t'endurcise.
Dit-je d'un ton malicieux,elle allait me rembarrer bien comme y faut et oublier que je lui avais sauté dessus,du moins j'espèrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Mer 1 Fév - 9:35

Il me lâcha instantanément et recula d'un air gêné. Il se passa une main dans sa tignasse blonde:
- Oups,excuse-moi. J'pensais que tu serais en meilleure forme. Faut que tu t’endurcisse, fit-il d'un ton malicieux.
- Je vais te mettre dans un broyeur à ordure et te faire un câlin comme tu viens de le faire, crois moi, tu vas pas être d'accord ! plaisantai-je en le remballant gentiment.
Il haussa les épaules et je levai les yeux au ciel en soupirant.
- On peut savoir ce qui te faisait flipper à ce point ? T'as rêver que Mickey Mouse tuait Donald ou quoi ?
J'allai dans le coin cuisine délabré en prononçant cette phrase. Il était vrai que l'exemple n'était pas le plus parlant mais c'était tout ce qui me passait par la tête à supposé qu'elle était encore fixée sur mes épaules. Je tirai les tiroirs pour chercher quelque chose à manger. En quête d'un bon plat, je ne tombai que sur une plaquette de chocolat. Je n'en avais pas goûté depuis longtemps, alors je me contentais de cela et revint m'affaler dans le canapé grinçant du salon. Oz souriait, mais il était crispé, il avait l'air de ne pas savoir comment m'avouer ce qu'il venait de songer. Je le fixai. J'ouvris le paquet sans le quitter des yeux et enfournai un premier carré. Je laissai fondre la douceur chocolatée sur ma langue en fermant les yeux. C'était vraiment trop bon ! La praline glissa dans mon gosier et j'avalai la bouchée en soupirant. Avant de ré-attaquer de front la tablette, lui enlevant une barre complète pour la casser sous mes dents. Je n'avais jamais eu le droit à cela depuis un an, je me souvenais qu'à la mafia, nous en mangions de temps en temps et je partageais avec Tristan qui adorait ça. J'avais tout de même de bon souvenir parmi ce passé taché de sang. Je m'étais fait de bons amis même s'ils étaient morts lâches par ma faute. Oz vint s'asseoir à côté de moi; il sentait la cigarette et je devinais qu'il avait fumé la veille. Je lui laissai de la place en plaçant une de mes jambes sur le dossier, mon pied derrière sa tête. Il vint s'allonger sur moi, posant sa nuque contre mon ventre. Je regardai son visage à l'envers, attendant toujours qu'il me raconte son rêve, ou plutôt, à en juger par ses cris, son cauchemar...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Jeu 2 Fév - 8:37

Elle fît exactement ce que j'avais prévu.Elle se mit à plaisanter.
Je vais te mettre dans un broyeur à ordure et te faire un câlin comme tu viens de le faire, crois moi, tu vas pas être d'accord !
J'haussais les épaules,vu que j'était une chimère de métal,ce qu'elle disait là,ne m'aurait guère fait souffrir,elle avait tendance à oublier ma nature mais je m'en fichais,tant qu'elle ne m'oubliait pas.Elle haussa les épaules.Je souris,elle adorait se moquer de moi,c'était certain et ses joutes verbales,me faisait marrer,donc ça arrangeait tout le monde.
On peut savoir ce qui te faisait flipper à ce point ? T'as rêver que Mickey Mouse tuait Donald ou quoi ?
Mickey Mouse ? Donald ? Je ne connaissais pas ces deux célèbres stars de Disney,en même temps,je n'avais pas eu d'enfance,j'avais tuer ma mère vers mes neufs ans et après je m'était enfuis,voyageant de ville en ville,tuant chats et personnes croisées la nuit,et enfin j'avais rencontré Marie,Chef de la mafia.Je ne me rappelais même plus pourquoi j'avais accepté sa proposition ,sans doute voulais-je tuer encore plus de gens.Mais tout cela était fini et maintenant Nina,en portait les conséquences....Je me demande bien comment elle va réagir...
Elle alla se chercher un truc manger et trouva une tablette de chocolat,Elle semblait se régaler avec cette simple tablette de chocolat,en même temps,je ne savais pas quel goût ça avait vraiment,tout la nourriture humaine avait pour moi,le même goût que le métal pour les humains.Elle s'assit sur le canap' pour déguster son encas et je la rejoignis.Elle s'écarta et je m'allonger sur elle,ma nuque contre son ventre.Je souris.
J'ai cru que t'était morte.Sa m'aurait manqué de servir de porteur.
J'avais encore pris un ton malicieux,je préférais cacher tout sur l'humour et puis ça marchait plutôt bien.
Qu'est-ce qu'on va faire maintenant ? Elle est morte,Nina est seule,je suis libre et toi t'es encore recherché mais sa mort va porté un coup à la mafia.
Je ne précisais pas qui était "Elle",elle le savait très bien.Je soupirais et regardais le vieux plafond,a moitié défoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Jeu 2 Fév - 9:24

- J'ai cru que t'était morte.Sa m'aurait manqué de servir de porteur.
Je pouffai. Servir de porteur ou autre chose ouais... Sans arrières pensées perverses évidemment ! Je rabattis mes cheveux en arrière, je commençais tout juste à ne plus trembler et je pouvais mettre les carrés de bon chocolat dans ma bouche sans la manquer à deux reprises.
- Qu'est-ce qu'on va faire maintenant ? Elle est morte,Nina est seule,je suis libre et toi t'es encore recherché mais sa mort va porté un coup à la mafia.
Il soupira et fixa le plafond, dit plafond qui ressemblait à un ciel gris. Je soupirai de concert. Il était vrai que nous avions traversé déjà pas mal de chose en à peine une seule semaine. Tout d'abord nous nous étions rencontrés, nous avions tués quelques mafieux ensemble - équivalent d'un rendez-vous galant pour des fous comme nous -, nous avions ensuite eu quelques déboires sentimentaux et comme une conne je m'étais enfuie. S'en était suivi quatre jours catastrophiques où j'étais une suicidaire errant dans Paris à la recherche d'une bonne corde. Puis tout s'était enchaîné, l'attaque des mafieux humains, mon embuscade, les retrouvailles avec Oz, l'attaque des mafieux chimériques, puis les retrouvailles avec Nina, et enfin, le coup de grâce, la mort de Marie. J'avais vécu beaucoup d’évènements brusques et riches en émotions, il fallait le dire. Mais aussi beaucoup de blessures à la suite, et pas franchement le temps de récupérer un peu entre les deux. J'étais lessivée, fatiguée, morte ou presque d'accablement. Je ressemblais vaguement à un vieux chiffon qu'on a passé trois fois de suite sous les roues d'un camion avant d'essayer de le mettre à la machine à laver. Oui, c'était un peu ce que je ressentais avec tous ces tremblements, l'impression d'être un linge sale dans le tambour d'une lessive. C'était tout sauf agréable comme sensation. Mais bref, il fallait tout de même que je me secoue, je n'avais pas le temps de souffler, fatigue ou pas. Calderone était toujours en vie, la mafia était encore la plus grande entreprise du crime, la paix ne régnait pas sur Paris. Je ne voulais pas changer le monde loin de là, mais je voulais juste venger mes amis, me pardonner ma faute et enlever le poids lourd du remord de mes épaules. C'était mon objectif, ma ligne de mire, tuer ce fumier qui ne méritait pas la vie et qui devait payer pour tout ce qu'il avait fait. Je n'avais aucune pitié pour lui, seulement de la haine sombre, noire profonde.
- Lui, il est toujours là, Oz. Et tant qu'il ne la rejoindra pas en enfer, je ne cesserai pas de me battre, fis-je d'un ton très solennel, passant du rire au sérieux en un quart de seconde.
Le silence retomba. Un silence de plomb. Mais je ne voulais pas de ça, surtout pas avec Oz. Je penchai sur lui, la pointe de mes mèches noires caressant son visage. Il me sourit. Je me courbai en avant un peu plus, caressant des deux mains sont torse nu. J'avais le bout de mon nez contre le sien. Nous nous sourîmes pendant un moment. Puis la tentation fut trop forte, je parcourus les quelques centimètres qui nous séparaient encore pour poser ma bouche contre la sienne. Je sentis sa langue se glisser entre nos lèvres entrouvertes. Tout en s'embrassant avec vigueur, la passion montant d'un cran à chaque expiration, il se redressa en se tournant vers moi, se plaçant au dessus de mon corps. Je laissai tomber la tablette de chocolat en l'accueillant, l'enlaçant tendrement, l'amenant dans mes bras. Il supportait son poids sur ses bras et avançai vers moi en me prenant la taille, m'allongeant sans quitter mes lèvres. Je répondais à chacun de ses baisers, la raison me quittant petit à petit, envoûté par mes sentiments qui pulsaient dans mes veines. Ma main derrière sa nuque s'agrippait dans sa tignasse de cheveux blonds, mes lèvres s'appuyaient contre les siennes avec fougue et je soupirai d'aise, la tête me tournant sous les sensations. Mais alors qu'Oz s'apprêtait à défaire l’agrafe de mon soutien-gorge, une petite voix nous surpris tous les deux. Nous sursautâmes en même temps, le jeune homme se retournant vivement et moi me redressant maladroitement, le cerveau encore embrumé. C'était Nina. Woh putain, il allait falloir que l'on apprenne à être discrets !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Dim 5 Fév - 2:31

Je l'entendis pouffer et lui envoyais un coup de coude,pas trop fort la sachant blessée.Elle rabattis ses cheveux dans son dos,elle était très belle comme,mettant en valeur ses yeux émeraude sur sa peau pâlotte qui d'ailleurs aurait besoin de soleil et d'aucune baston.Elle répondit à mon soupir par un autre et mit longtemps à réfléchir sans doute,avant de m'adresser de nouveau la parole.Elle devait penser à tout ce qui nous était arrivé,à tout ce qui s'était passé en un temps record.Combat sur combat,avec des pauses pour se réconcilier ou pour se renforcer les uns les autres mais jamais autant de temps que maintenant.Un bruit,un pas,des lames qui s'entrechoquent,des cris,des pleurs,des morts perdus emmenés par le vent,de l'amour qui réveille la foi,des familles séparées,tant de choses que nous avions suivies,vécues en se demandant qu'elle se serait le prochain événement et si ça pourrait être pire et à chaque fois c'était pire.On aurait pu prié que ça n'aurait rien changé,tout était cadré et maintenant tout est terminé,enfin presque il y a encore des mafieux,des méchant,des gentils,mais un jour la paix,p'être sera là et p'être pour tout l'monde.
Lui, il est toujours là, Oz. Et tant qu'il ne la rejoindra pas en enfer, je ne cesserai pas de me battre
Elle avait raison,Calderone chef des Mafieux,époux de la défunte Marie,et père adoptif de Nina était encore vivant et certainement qu'il nous traquerais,pour récupérer la p'tite,pour se venger,pour tuer Makiko,pour tous nous supprimer mais ce dont il ne se doutait certainement pas,ce que nous étions unis et que nous battrons tous contre lui pour sauver Makiko de ses satanées pattes.Elle-même était solennel,prête à tout pour être enfin libre,elle se le promettait,un jour elle aurait raison de lui et enfin elle vivrais pour de vrai,libre et heureuse.Puis de fil en aiguille nous nous rapprochâmes,inévitablement attiré l'un vers l'autre.Je glissais mes mains dans son dos,tandis que nos lèvres restaient collés les unes aux autres,au moment ou j'allais enfin avoir raison de l'agrafe de son soutien-gorge,une petite voix aigue nous interrompit.Nina.Makiko et moi nous éloignâmes l'un de l'autre,reprenant peu à peu notre contenance après avoir sursauté sur à l'intervention de Nina.Nous ne l'avions pas entendue arriver et pourtant j'avais une bonne oreille et j'était sûr que Makiko aussi.Des capacités de Proie,de Chasseur,de Tueur.La petite fille marmonna alors,caché un peu par l'ambrassure de la porte.
Makiko..
On ne la voyait pas très bien mais je réussis à voir qu'elle avait encore son cache-oeil.
[Oui j'ai enpièté (pas français,ce mot) sur les réactions de Nina mais tant pis..]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Flina

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2011

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Flingue
Capacités physiques: Elle est rapide,et maitrise son arme,sinon la demoiselle est sans défense.

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Dim 5 Fév - 3:28

Marie.Un prénom qui hantait le sommeil de Nina.Mon sommeil...Nina c'est moi...Tout est flou...
Des morceaux d'endroits,de gens défilent devant mes yeux,une petite fille ou plutôt un cadavre,ce souveni semble plus ancien que les autres,je suis dans les bras d'une femme....
Elle m'emmène maintenant,dans les bras d'un autres.
Des souvenirs heureux avec un grand blond aux yeux rosés qui semble un peu bizarre mais un grand sentiment de joie est présent quand je regarde ce souvenir.
Une femme,cheveux noirs,yeux verts,gentille,pleurs pleines de choses sur elle.
Une autre femme,cheveux rouges,yeux rouges.Peur.Peur c'est tout ce qui émane de cette image.
Une autre encore,cheveux noirs,yeux cyan.Joie,malheur,trop confus.


Je me réveille en sursaut dans mon petit lit,mon lapin en peluche violettte est par terre,je l'ai expédié au loin lors de mon rêve.Je quitte les couvertures et mon oreiller.Je suis toujours dans ma robe violette aussi et elle tâchée de sang de toute part.Je tremble.Je vais jusqu'à un mur,dessus est accroché tant bien que mal,un bout de verre,brillant : Un Miroir.Je me regarde,cheveux gris,oeil turquoise,oeil caché.Par un morceau de tissu blanc.Mes cheveux ils sont trop longs.Je ne sais pas trop pourquoi je fais ça mais je m'en sens obligé.Je fouille dans une commode non loin,vidant les tirois au sol,jusqu'à ce que je trouve une vielle paire de cixeaux rouillés.Ils ne doivent plus très bien coupés mais je m'en fiche.Je retourne près du miroir et m'attele à coupé mes mèches grises.Je coupe.Jusqu'à ce que j'obtienne un carré,sauf que je tremble trop et les ciseaux sont trop ancieux : ma coupe est ratée,des mèches sont plus longues que les autres et si c'était totalement désordonné.Je m'assie dos au mur,et me met à pleurer,ça aussi j'en ai besoin.Un choc.Tout me revient à la vitesse de la lumière,ma mère,Oz,la rouge,mon oeil,Makiko.Marie morte.Je finis par me relever les yeux secs.Je dois me montrer couragueuse et poursuivre l'oeuvre de Maman.J vais dans le salon après quelques hésitations,en me demandant si les autres sont réveillés et effectivement ils sont lévés et beuuurk.
Beurk !
Ils s'écartent l'un de l'autre et je sors de l'ambrassure de la porte,qui me cache un peu,honteuse de mes cheveux,je murmure.
Makiko...
Je sort totalement du cadre de la porte me montrant,mes cheveux totalement..enfin bref et une paire de ciseaux tout vieux à la main.
...Tu peut m'aider ?
Je pointe mes cheveux des ciseaux,avec un air dégouté de ma coiffure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Lun 6 Fév - 7:48

La fillette était cachée derrière l'embrasure de la porte. Elle prononça mon prénom avant de se décaler:
- ...Tu peut m'aider ? demanda-t-elle de sa désormais petite voix.
Elle pointait ses cheveux du doigt. Effectivement, elle avait du vouloir les couper. Sa longue chevelure grise avait été découpé sauvagement en carré, taillant dans sa tignasse au hasard. De ce fait, plusieurs mèches étaient trop longues et elle ressemblait un peu à un épouvantail. Oz eut un hoquet de surprise. Je me levai en quittant ses bras et m'avançai vers la petite fille. Nina n'avait pas eu les derniers jours faciles non plus, et elle venait de perdre sa mère. Je comprenais bien le fait qu'elle veuille se changer les idées, et pour se changer les idées, elle voulait changer de tête et d'apparence, pour dire de tirer un trait sur le passé. Elle avait choisi de couper ses cheveux comme pour enlever la partie abîmées par des souvenirs tâchés de sang. Je lui pris la paire de vieux ciseaux rouillés des mains et avec un doux sourire, m'agenouillai derrière elle. L'instrument grinçait et j'avais du mal à décoller les deux lames, qui étaient comme soudées entre elle. Je coupai astucieusement les mèches trop longues pour ré-égaliser ses pointes, mais garder un effet dégradé, qui la vieillirait surement. Je fis la même chose devant, écartant les cheveux gris de son visage fin. Elle avait remis son cache oeil blanc, et sa robe était encore pleine de traces de sangs. Il aurait fallu qu'elle se change. Je plaçai une mèche derrière son oreille et mes doigts rencontrèrent le cordon de son bandeau. Je pris son menton entre mes doigts pour lui lever le visage vers moi et lui sourire. La coupe de cheveux la rendait plus impressionnante encore, elle dégageait les traits anguleux de son visage enfantin, et la ressemblance avec sa mère était moins frappante. Je me rappelai avoir moi aussi tailler dans mon épaisse tignasse d'ébène, le lendemain du massacre de l'orphelinat. Je m'étais emparé d'un poignard ouvragé trouvé dans le coin d'une ruelle et m'était appliquée à faire glisser la lame sur les mèches, coupant mes cheveux courts, pour me donner à l'époque, une contenance masculine qui, je le pensais, effrayerait un peu plus les intrus. J'avais même gardé l'arme, qui était devenue mon porte bonheur, et que je ne retrouvais pas depuis l'épisode de l'Elysée. Je me relevai en posant une main sur son crane:
- Tu es très jolie comme ça, on dirait presque une grande fille comme moi, mais pas trop quand même, je veux que tu restes ma petite soeur, souris-je en lui faisant un clin d'oeil complice.
Elle me rendis ma joie en sautillant, l'air heureuse que l'idée me plaise à moi aussi. Je retournai m'affaler près de Oz, déposant ma tête sur son torse pour m'appuyer sur lui.
- Tu trouves pas que ça lui va bien, toi ? lui demandai-je en gigotant pour être à l'aise.
Nina se tortilla devant nous en rougissant. Oz la complimenta et elle se mis à rougir de plus belle avant de déguerpir à cloche pieds, prétextant une envie de faire un câlin à son chat. Je restai dans les bras de mon petit ami, me demandant maintenant, ce que j'allais faire de ma journée. Encore bien même j'aurais souhaiter une chose en particulier, le destin me jouerais certainement encore des tours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Flina

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2011

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Flingue
Capacités physiques: Elle est rapide,et maitrise son arme,sinon la demoiselle est sans défense.

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Dim 11 Mar - 3:22

Oz émit un hoquet,visiblement ma coupe le surprenait,en même temps je le comprenais.J'avais réduit mes cheveux à un truc horrible.Mais ça m'avait soulagée.J'eus néanmoins peur de l'avoir déçu.M'avait-il cru plus forte que je ne l'étais réellement ? J'espérais de tout mon coeur que non.Le décevoir...c'était inconcevable ! Je ne pouvais pas.Makiko se leva du canapé,en laissant Oz,et vient vers moi.J'étais contente qu'elle accepte de m'aider à rectifier ma coiffure,si elle n'avait pas était là,j'aurais du demander à Oz et je n'étais pas sûre de ces talents de coiffeur bizarrement.Si il était doué pour zigouiller les autres,couper mes cheveux...j'avais de gros gros doutes.Maki' me prit les ciseaux des mains et je la laissais faire.Elle vient s'accroupir derrière moi.Elle m'avait fait cadeau d'un sourire doux,comme de la barbe à papa.Je lui faisais confiance et j'avais hâte de voir le résultat.Je savais que Maki' ferait quelque chose de joli.Et c'est ce qui arriva.Je sentis ses doigts,m'effleurait quand elle remis une de mes mèches en place.Elle leva mon menton,comme pour me forcer à la regarder dans les yeux.Elle me sourit encore et je me sens plus courageuse,pas de beaucoup mais un peu quand même et ça fait comme de la chaleur dans mon coeur.Elle se releva et je lui adressais un sourire triste.Trop de choses étaient arrivées et trop vite.La main posée sur ma tête me rassura encore.J'allais continuer ma vie,le passé devait rester derrière ou sinon je serais bonne à enterrée.
Tu es très jolie comme ça, on dirait presque une grande fille comme moi, mais pas trop quand même, je veux que tu restes ma petite soeur
Je suis peut-être qu'une petite fille d'apparence mais la vie m'a fait grandir...Le clin d'oeil de Maki' me réconforte.Elle est si gentille.Je sautillais sur place pour lui faire plaisir,contente mais encore chamboulée.Elle retourne sur le sofa tout pourri et s'affale sur mon protecteur.Ils sont mignons tout les deux,j'espère qu'ils seront heureux.
Tu trouves pas que ça lui va bien, toi ?
Le fait qu'elle demande ça à Oz,me gêna un peu.Je prend certainement une couleur de tomate bien mûre.Il me complimenta et là j'était totalement rouge.Je marmonne que je dois câliner mon minou,avant de m'enfuir en trottinant.J'étais gênée.De retour dans ma chambre,je sortis une feuille et un stylo.Je voulais écrire à quelq'un.Je n'aurais cas donné cette lettre à un de ses hommes lors de mes escapades.J'écris à Calderone ,après tout j'étais pour lui sa fille.Avec lui,je reprendrais le travail de maman.J'allais devoir quitter ma famille,Oz et Makiko,mais tant pis,je devais honorer un peu Maman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Lun 9 Avr - 5:02

Nina se montra enfin,quittant le cadre de la porte,j'écarquillais les yeux.Ses cheveux.Elle avait mis en miette ses cheveux,coupés n'importe comment,des mèches plus grandes que les autres,Elle ressemblait plus à un épouvantail qu'à une petite fille.Sa robe tachée de sang,accentuais cet effet "Epouvantail".Y manquait plus q'un corbeau et un vieux chapeau en paille.
...Tu peut m'aider ?
Elle pointa sa tignasse de la main et encore sous le choc de sa nouvelle coupe,j'émit un hoquet de surprise.Makiko cachait sa surprise beaucoup mieux que moi et elle me laissa sur le vieux canap' pour aller vers la petite.Je me demandais pourquoi elle avait fait ça.Sans doute car elle eu besoin de tout changer,de tout envoyer en l'air.Et son premier réflexe avait du être d'attraper une paire de ciseaux.Elle avait réduit sa belle chevelure grise à un simple tas de mèches pour oublier certainement.Elle était trop jeune.Trop jeune pour subir de genre de choses.Trop jeune pour vivre dans ce monde.Même moi et Makiko étions trop jeunes.Les enfants comme Nina devraient vivre dans le monde des rêves pas dans celui de la guerre.Nina devrait avoir une famille.Elle ne devrait pas avoir assistée à la mort de sa mère.Elle ne devrait pas avoir pour un tuteur un assassin.Elle ne devrait pas avoir pour grande-soeur adoptive une jeune femme recherchée par la mafia.Mais la vie été ainsi faite et l'on devait s'y faire.On ne décidait pas de l'époque dans laquelle on vivait.Je soupire presque en silence tandis que Makiko prend les ciseaux des mains de Nina.Et c'est là que je me rend compte dans quel état nous sommes.Nous étions tous couvert de sang séchés,de boue,nos vêtements étaient déchirés et on était pas beau à voir.On avait aussi des tête de cadavre ambulants et ce n'était pas jojo comme physique tout ça.Je me permis de sourire,c'était normal que nous soyions dans cet état mais quand même je n'aurais rien eu contre une douche et d'autres fringues.Makiko maniait les ciseaux pendant ce temps,elle coupait ,coupait et recoupait.Et Nina paraissait plus vielle à chaque coup des lames.A la fin,elle était très mignonne et moins gamine.Sa allait avec tout ce qu'elle venait de vivre,elle avait grandi aussi physiquement que mentalement.Et j'espérais que pour ce qui était du mental c'était en bien et pas en mal.Makiko qui s'était baissée pour couper les cheveux de la petite,se releva et posa une main sur la tête de Nina.
Tu es très jolie comme ça, on dirait presque une grande fille comme moi, mais pas trop quand même, je veux que tu restes ma petite soeur.
Nina se mit à sautiller sur place,comme la gamine insouciante qu'elle devrait être.Et Makiko en profita pour revenir s'affaler sur moi.Mais elle se met à gigoter,cherchant sans doute une position confortable.
Tu trouves pas que ça lui va bien, toi ?
Je souris gentiment et regarde Nina qui devient toute rouge.Je ne l'avais jamais vu rougir et je trouve que ça lui va bien.Et puis au moins,ça lui donne un peu de couleur !
Si,ça lui va très bien même.
Lachais-je au bout de quelques secondes.Nina déjà rouge devient couleur tomate bien mûre et un sourire malicieux vient éclairer mon visage.Mais avant que je puisse lui faire un autre compliment dans l'espoir de la faire rougir encore plus,elle s'en va prextétant une envie de faire un calin à son chat.Moi je me décale un peu de façon à pouvoir passer mes doigts dans les cheveux noirs de Makiko.Même dans un état pas possible,je la trouvais jolie...
Tu sais que même comme ça ...
Dis-je en pointant de ma main libre les taches de sang sur son slim et les lacérations aussi.
...Tu es drôlement mignonne....Pff qu'est-ce que je raconte encore moi ? Des aneries comme toujours.Mais bon t'es jolie quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Jeu 12 Avr - 7:46

Je sentis les doigts de Oz s'aventurer dans ma propre tignasse de cheveux noirs emmêlés. Le contact de sa main derrière ma nuque me fit frémir, un long frisson me parcourant les membres. Il me faisait de plus en plus d'effet et je commençais à me demander combien de temps allions nous tenir tous les deux, avant de craquer et d'obéir à nos pulsions qui ne se satisfaisaient plus par de simples baisers.
- Tu sais que même comme ça..., articula-t-il en désignant mon slim en lambeaux et les marques sanglantes sur mon corps. Tu es drôlement mignonne... Pff qu'est-ce que je raconte encore moi ? Des aneries comme toujours. Mais bon t'es jolie quand même...
- Chut ! le coupai-je en me retournant.
Il me dévisagea sans comprendre, croyant à l'arrivée d'un ennemi. Je glissai mes mains contre la peau de son torse imitant des jambes qui marchent avec mon index et mon majeur, grimpant au rythme de mes doigts au dessus de lui. Il eut un sourire espiègle, malicieux, avec un je-ne-sais-quoi de mystérieux, d'enfantin, de joueur et de terriblement sexy. Tirant sur son sweat, je dégageai ses épaules, le visage penché sur lui, mes lèvres parcourant sa peau délicatement. Je vis son épiderme blanc être pris de frissonnements ce qui m'encouragea à aller plus loin encore. Ma bouche remonta le long de sa gorge pour aller quérir ses lèvres que je mordillai avec amusement, les yeux plongés dans les siens. Le bout de sa langue se faufila pour venir chercher un baiser. Je le lui donnai avec vigueur, inspirant à fond en me laissant fondre sur ma proie. Il rit en m'enlaçant, ses mains tièdes caressant ma taille sous mon débardeur arraché. L'esprit perdu dans le gouffre de l'amour, du plaisir et d'une certaine façon, de la récompense, j'allais toujours plus loin dans mes gestes, mes mains s'invitant là où elles n'avaient pas encore été. Oz ne se fit pas prier, répondant à mon appel avec une fougue désarmante. J'avais des papillons qui volaient par nuée dans mon ventre, ma tête s'embrouillant dans des nuages multicolores et cotonneux, faisant passés des éclairs foudroyant par moment. Cette foudre était de plus en plus présentes, mon souffle en devenait court, saccadé, haletant. Mes lèvres devenaient gonflées, mon corps tremblant, mes paupières mi-closes frétillaient et mon visage rougissait. Le jeune homme me saisit les poignets, me reculant un peu pour reprendre son souffle. Je me mis à rire en lui jetant un regard complice. Je me relevai du fauteuil, m'écartant pour moi-même tenter de me calmer. C'était dingue à quel point nous pouvions être sauvages, voraces, comme affamés l'un de l'autre, près à se dévorer. Mais à peine eus-je le temps de faire quelques pas en arrière, Oz me bondit dessus, passant mon haut par dessus mes épaules, m'embrassant avidement avec force et passion. Surprise, je me laissai guider en l'accueillant avec enchantement, titillant son excitation en me montrant de temps à autre douce avant de repasser brusquement à la sauvagerie. Mes mains dans ses cheveux s'entortillaient dans les mèches blondes, mes lèvres se pressaient contre les siennes, je murmurais son nom dans le creux de son coup et lui chuchotai des "je t'aime' précipités. Passant la porte de la chambre dans un coup de pied de mon petit-ami, il me prit dans ses bras pour me lancer dans le lit, ce dernier faisant grincer ses ressorts. Oz arriva vers moi à quatre pattes, un sourire flamboyant aux lèvres et les yeux pétillant. J'émis un petit gémissement plaintif, impatiente de reprendre ce jeu qui me réchauffait et me rendait folle. Je l'aimais à en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Sam 14 Avr - 3:32

Oz s'attendait à bien des choses,comme à ce que Makiko lui envoie un cousin dans la figure mais il ne s'attendait certes pas à ce qu'elle lui dise de se taire.Et pourtant...
Chut !
Elle se retourna.Et lui se demandait ce qui se passait.Il n'y avait pas d'ennemi dans la pièce et selon le silence des alentours il n'y avait personne non plus dehors.A moins que ce soit une chimère particulièrement silencieuse...Oz dévisagea Makiko sans trop comprendre,tout ses sens à l'écoute,craignant qu'un agent de la mafia est réussi à les trouver mais non,il ne se passa rien.Et il sentait les mains de Maki' sur son torse,qui s'amusait à l'aide de son index et de son majeur,de faire en sorte d'imiter des jambes.Oz sourit,avec malice comme d'habitude avec un soupçon de gaminerie.Il laissa s'envoler sa prudence,et son inquiétude,vu qu'il comprenait maintenant que Makiko l'avait pas faire taire parce que il y a un ennemi mais parce que...Pourquoi d'ailleurs ? Juste pour le faire taire ? Peut-être après tout !
Oz la laissa tirer sur son sweat rouge tâché de sang,qui mériterait un tour au lavage,se retrouva les épaules dégagés,le visage de sa Makiko penchait au dessus de lui,ses lèvres parcourant sa peau.Il fut pris de frisson sans pouvoir sans empêcher,les lèvres de Makiko le rendant à moitié dingue.Et visiblement elle prit sa réaction pour un encouragement car elle remonta le long de la gorge de l'assassin,toujours en parsemant sa peau de baiser et quand elle l'embrassa enfin,elle n'hésita pas à mordiller ses lèvres avec amusement.Si Oz avait cessé de frissonner,Makiko pouvait bien voir dans ses yeux qu'il aimait ça.Et qu'il voulait aller plus loin.Il faufila sa langue,en quête d'un baiser,que la jeune fille lui donna avec plaisir et vigueur,un baiser qui lui mit la tête à l'envers et des grenouilles dans le ventre.Oz rit en passant ses bras autour de Makiko,ses mains caressant sa taille,passant sous le débardeur à moitié déchiré.Les limites semblaient avoir disparus et les geste de Makiko étaient plus audacieux que jamais,au plus grand plaisir du blond qui appréciait cela,vu que de son côté il faisait de même.Sa fougue était égale à celle de Makiko,tandis que les grenouilles dans son ventre entamait une macarena endiablée.Ses pensées s'étaient envolées,et il ne pensait plus qu'à la jeune fille entre ses bras,il ne pensait plus qu'à celle qu'il aimait,il ne pensait plus qu'à Makiko.Son corps était de nouveau parcouru de frissons et Makiko n'était pas dans un meilleur état que lui.Elle avait du mal à respirer normalement et ses lèvres étaient gonflés,tandis qu'elle tremblait comme une feuille,les joues rouges.Finalement ce fut lui qui rompit l'étreinte,attrapant doucement les poignets de Makiko,reculant pour chercher son souffle,pour le reprendre surtout.Elle se mit à rire en lui lançant un coup d'oeil complice.Elle quitta le vieux canapé,pour se calmer sans doute songea t-il.Mais Oz ne l'entendait pas vraiment cette oreille,une fois qu'il pu de nouveau respirer normalement,il bondit sur Makiko,passant le haut déchiré de Makiko par dessus ses épaules à la hâte.Ses lèvres cherchant celle de Makiko,l'embrassant avec passion et ardeur,la serrant contre lui.Et Makiko se laissa prendre au jeu,jouait avec les nerfs du grand blond que cela ravissait,tantôt douce,tantôt sauvage,elle s'amusait à le torturer.La jeune fille avait passée ses mains dans sa tignasse blonde,ses doigts s'entortillant dans les mèches.Leurs lèvres ne se quittaient plus,la jeune fille murmura son prénom et lui chuchotant des "je t'aime" précipités.Sans la lâcher Oz,n'y tenant plus,poussa la porte d'un coup de pied et l'entraînant avec elle,l'emmena dans sa chambre.La prenant dans ses bras pour la lancer dans le lit,qui protesta en grinçant.Le jeune homme la rejoignit à quatre pattes sur le lit,un sourire éclatant aux lèvres et les yeux pétillants d'amour et de désir,et de plaisir aussi.Elle,elle émit un petit gémissement,agrandissant le sourire du blond qui voyait bien qu'elle était impatiente de continuer leur petit jeu.Il passa ses bras autour d'elle,l'attirant contre lui,des vagues de plaisir lui traversant le corps.Il glissa ses mains le long de son dos,notant au passages les frissons qui secouaient le corps de Makiko,et lorsqu'il arriva au niveau du soutien gorge de Makiko,il passa ses doigts dessus,cherchant l'attache.Puis prudent,vu que tout à l'heure c'était à ce moment là que Nina était arrivée,vérifia d'un regard qu'il n'y avait personne et ne pouvant plus résister,bataillant avec l'attache du sous-vêtements qui finit par se laisser faire.Une fois cela fait,il ôta son sweat que Makiko avait juste descendu tout à l'heure,embrassant Makiko comme si elle était dernier espoir de survie,comme si ils étaient pris dans une tempête en plein océan et que leur seul espoir de s'en sortir était l'autre.Ses baisers se faisant de plus en plus ardent,tandis que dans son ventre les grenouilles entamait de nouveau la danse,et cette fois ce fut un tango enflammé qui débuta,des vagues de plaisirs lui remontant le longs du corps,en déclenchant ses frissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Sam 14 Avr - 4:45

Âmes sensibles ou innocentes, s’abstenir sur les prochains post du RP...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Sam 14 Avr - 5:24

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Sam 14 Avr - 6:10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Sam 14 Avr - 8:05

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makiko Ogawa

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 22
Localisation : Euh...un peu partout dans Paris

Feuille de personnage
Race: Humaine
Première arme: Poignard
Capacités physiques: Moyenne

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Dim 15 Avr - 2:49

Il tourna la tête pour me dévisager malicieusement. Sans prévenir, il me sauta littéralement dessus, me chatouillant allègrement. Je me mis à rire sans pouvoir m'arrêter, me tortillant dans son étreinte pour tenter, en vain, de me dégager. Il me faisait payer mes sarcasmes, j'adorais quand on se taquinait et se chamaillait. Me cambrant pour échapper à ses mains, je me propulsai en avant pour le retourner et le plaquer contre le matelas. Le drap glissa lentement le long de mon dos. Oz souriait toujours, allongé en dessous de mon corps qui le chevauchait. Il hésitait à me faire encore subir des crises de fous rires et ses doigts entouraient ma taille. Attrapant un coussin au hasard, je l'écrasai sur son visage et il se débattit en poussant des cris amusés. Il gigotait comme une anguille et j'avais du mal à le garder immobile. Roulant comme des gamins sur le lit, nous nous esclaffâmes de nos propres bêtises. Sauf que ni Oz, ni moi, ne vit arriver le bord du matelas et nous tombâmes l'un sur l'autre par terre, dégringolant du lit à moitié défait. Explosant de rire, nous nous tordîmes en pleurant, le fou rire éclatant dans la chambre. Je me redressai enfin, m'adossant contre le mur. Jamais je n'aurais cru pouvoir m'amuser autant, éprouver un tel bonheur, me sentir si bien. C'en était déroutant. Je me relevai et lui volai un baiser. Enroulant le drap autour de ma poitrine, je contournai le lit pour ouvrir l'armoire et emprunter un sweat à mon chéri. Trop grand pour moi, le vêtement m'arrivait mi-cuisse. Je tirai la fermeture pour dissimuler mon corps dénudé. J'enfilai ma culotte en sautillant avant de me laisser retomber sur le lit. Le gilet rouge embaumait l'odeur de Oz, un mélange de tabac, de sang et d'humidité. M’emmitouflant dans l'épais tissu, je me tournai vers le jeune homme encore assis par terre. Il se pencha, à genoux devant le lit, caressant une de mes jambes nues, il me couvait de son regard rosé et me réconfortait, me protégeait, me rassurait. Ses lèvres allèrent cueillir les miennes et nous échangeâmes un tendre baiser, plein d'amour. Nous restions ainsi, yeux dans les yeux, nous dévorant d'un simple regard comme si nous n'allions plus jamais pourvoir le faire. Je plongeais dans les cercles rouges de son iris, m’inondant de l'extase qui me parcourait quand je voyais la petite flamme dansante qu'il avait au fond des prunelles. Moi, étendue sur les draps blanc, les cheveux noirs en bataille; lui, le menton posé sur ses bras croisés, me fixant comme un bijou précieux. J'aurais voulu rester agencés de cette manière éternellement. Oz finit par se lever pour repasser un bas et repartit dans le salon en me faisant signe de le suivre. Arrivant derrière lui, j'enroulai mes bras autour de sa taille et posai ma tête contre son dos. Je sentais son coeur battre à travers sa cage thoracique.
- Rien ne nous séparera jamais.
Sur ce chuchotement solennel, je passai devant lui en souriant, m'accrochant à sa main pour le tirer derrière moi. C'était génial, mais Nina était toujours là. J'espérais que nous n'avions pas fait trop de bruit, le malheur de l’indiscrétion n'aurait franchement pas était voulu. La fillette n'était pas une gêne, mais nous devions faire preuve de responsabilité envers elle. Je me promettais intérieurement que, dorénavant, nous coucherions ensemble en étant surs qu'elle soit endormie. Le problème fut qu'en entrant dans la chambre de la petite fille, je trouvai une armoire vide, les portes ouvertes. Le lit était défait, et il n'y avait aucune trace de vie, pas même du chat. Nina avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oz Heise

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Dans les rues de Paris

Feuille de personnage
Race: /Chimère
Première arme: Ses lames de métals.
Capacités physiques: Rapide,discret et surtout très bon combattant,que se soit avec les mains,les pieds,un flingue ou un sabre

MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   Dim 15 Avr - 4:10

Elle avait beau se tortiller comme une vipère,il ne relâchait pas son étreinte,ses doigts courant impitoyablement sur sa peau.Elle riait comme la petite folle qu'elle était,sans pouvoir s'arrêter ou même s'en empêcher.Oz s'amusait bien,à torturer son ange,qui avait osé ce moquer de lui.Finalement elle réussit à lui échapper en se propulsant pour le forcer à se retourner.Elle plaqua le blondinet contre le vieux matelas,tandis qu'il hésitait à l'embêter encore.Ses doigts entouraient sa taille,dessinant des cercles,en douceur,comme si après l'avoir sauvagement attaqué,il préféré être tendre.Un sourire éclairait le visage de la chimère,qui trouvait amusant que ce soit son tour de se faire embêter.Elle attrapa un cousin pour l'écraser sur le visage d'Oz,qui se mit à gigoter et à se débattre en une symphonie (ou une cacophonie ?) de petits cris amusés.Makiko semblait avoir du mal à l'empêcher de bouger,ce qui était normal vu qu'il se débattait comme un beau diable (c'est bien ça l'expression dite?).Ils finîmes par rouler sur le lit comme deux gamins,en riant de leurs propres gamineries.Sauf que les deux prit dans leurs bêtises,ne virent pas venir le bord du matelas et qu'ils tombèrent l'un sur l'autre,par terre,en tombant du lit grinçant.Et il leur suffit d'un regard,pour éclater de rire,se tordant dans tous les sens,les larmes yeux,le fou rire s'étant invité dans la pièce.Ce fut la jeune fille qui se reprit la première,elle s'adossa au mur.Oz la tête penchée en arrière,sourit doucement.Ah ce que c'était beau comme vie ça.Pouvoir s'amuser,être aussi bien ça devrait être interdit même si le blondinet aurait cassé la gueule a celui qui aurait songé interdire cela.Elle se leva,avant que Oz n'ai pu protester,et lui vola un baiser bien trop rapide.Il l'a regarda s'enroulait dans le drap,puis contournais le lit tout pourri pour ouvrir l'armoire.Elle en sortit un des sweat du blond,qu'elle enfila même si il était trop grand pour elle.Il lui arrivait à mi-cuisse et elle sautilla un moment pour arriver à enfiler son sous-vêtement,ce qui fit sourire Oz qui trouvait la scène tordante.Puis elle retourna sur le lit,et Oz la regarda,se disant qu'elle était mignonne,son ange.Alors elle se tourna vers lui et lui encore assis par terre se pencha vers elle,à genoux devant le lit,tendant la main pour caresser une des jambes de Makiko.Il fixait son ange,en souriant doucement,comme si même si sa Makiko était sauvage comme parfaite,elle avait réussie à apprivoiser le grand blond.Oz n'y tient plus et il alla chercher un baiser,sur les douces lèvres de la jeune femme.Un baiser tout doux,tout en tendresse.Et ils restèrent ainsi,yeux dans les yeux,se disant des choses que les autres ne pouvaient comprendre,se parlant en silence,juste comme ça.Elle était jolie,étendue sur les draps blancs,qui juraient avec ses cheveux noirs,elle était jolie,elle était importante,elle était précieuse.Le blondinet finit par se réveiller et se leva tranquillement pour aller chercher un jean.il prit le premier qu'il trouva,a savoir un tout déchiré au genoux et en bas,mais cela suffisait pour Oz.Il l'enfila puis partit dans le salon,en faisait signe à la jeune femme de la suivre.Arrivée par derrière,elle passa ses bras autour de sa taille,reposant sa tête contre son dos.
Rien ne nous séparera jamais.
Il sourit doucement.Il était d'accord.Il ferait tout pour qu'ils soient toujours ensemble.Sur ces belles paroles,elle l'attrapa par la main et partit devant,l'agrippant pour qu'il la suive.Il l'a suivi l'air amusé,il se demanda ce qu'elle faisait.Puis en la voyant se diriger vers la chambre de Nina,il se rappela l'existence de la petite et il se mit à espérer qu'ils n'avaient pas été trop bruyant.Sauf que en entrant dans la chambre de la petite,ils virent qu'il n'y avait personne.Même le chat qu'Oz détestait avait disparu.L'armoire était ouverte,le lit défait mais aucun signe de la fillette.La main d'Oz glissa de celle de Makiko et il s'avança dans la pièce.Ou était-elle ? Sa lui était déjà arrivée de partir mais jamais en emmenant ses affaires et son chat.Ses yeux firent le tour de la pièce.Et s'arrêtèrent sur le deuxième trou dans le mur de la maison.Il s'avança,jeta un coup d'oeil espérant voir une tignasse grise.Ou un bout de robe violette filait au loin mais rien.
Nina...Merde !
Il ne pouvait pas rester là.Il se devait d'aller la chercher.Il se tourna vers Makiko.
Tu veut venir ? Je vais la chercher.
Il n'attendit pas sa réponse et fila dans sa chambre,attrapant un de ses derniers sweats,le passant rapidement,laçant ses bottes à vitesse grand v et sortant un poignard ainsi qu'un flingue pour Makiko,si elle décidait de venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la pluie vient le beau temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la pluie vient le beau temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» A faire la pluie et le beau temps
» Profite du beau temps ( Libre )
» Après la pluie, le beau temps.
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalypse Please :: Partie RP :: Paris même :: Les Rues-
Sauter vers: