Apocalypse Please

Apocalypse Please. Humain ou Chimère, êtes-vous pret à tenter de survivre dans Paris ? À changer le monde ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une vilaine fille (PV Narek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Une vilaine fille (PV Narek)   Mar 24 Jan - 9:10

Je passe; il trépasse. C'est comme ça, quand je croise quelqu'un, il finit toujours par mourir dans ma poigne. Je ne sais pas faire autrement. Je ne fais rien de bien à part tuer. Je ne réussis pas ailleurs que dans les bains de sang. Et j'aime ça.
J'en suis à mon troisième de la soirée. C'est pour ça que je vais dans les bas-fonds, pour cuver le sang comme un alcool fort, pour perdre pied, me droguer et finir aussi expressive qu'un verre à pied. Au moins je ne pense à rien, je ne ressens pas le vide étrange qui m'habite, ce sentiment douloureux d'être née pour noyer la terre de son sang. Je veux oublier ma jalousie, ma rancœur et le ton amer avec lequel je prend la vie de haut.
Je n'arrive pas à ça sans boire, même sans avoir soif, boire. Je passe; il trépasse. Dès qu'un type s'approche, je l'attrape, je l'aguiche, je le laisse s'amuser à passer ses mains sous ma jupe, je le laisser chercher l’agrafe de mon sous vêtements. Quand il s'affole, qu'il s'impatiente, que ses pupilles dilatées me fixent, je souris. Je souris de toutes mes dents. Mes mandibules sortent de mes joues, se plantent dans la chaire de son cou, il hurle et j'adore la musique truande qui s'échappe de son gosier ouvert. Je me penche, je bois son sang, je le vide de tout, je sens sa vie qui le quitte et je le lâche. Je dégouline d'écarlate, je ne marche plus droit, mais j'oublie. Ça me fait du bien.
J'en suis à trois, je suis obligée de m'appuyer sur le mur d'une main pour avoir de l'équilibre, je suis débraillée, ma chemise déchirée et souillée de sang ouverte sur mon soutien gorge en dentelle rouge. Le cliquetis de mes chaines se confond dans mes gémissements plaintifs. Je suis une droguée, une folle, une inconsciente, une inutile, une traînée, un monstre...
Une ombre se dessine au loin dans la ruelle, quelqu'un qui me regarde, je vois juste ses yeux, l'un gris l'autre rouge. Je crache du sang, qui n'est pas le mien, les cadavres étendues derrière moi. J'ai trop bu et j'ai encore le gosier sec, je pense encore. Je cherche juste à m'endormir sans penser à rien. Je veux juste ne plus exister. Je me laisse aller.
Je tombe à genoux, mes jambes sont lourdes. Je glisse contre le mur en hurlant et je pleure. Je pleure. Je pleure comme je n'ai jamais pleuré parce que moi je ne pleure pas. Les larmes dévalent mes joues rougies par l'alcool du sang. Je suis là. Assise, écartelée, inerte, pendue à une corde invisible. Je hurle et je pleure, j'en ai besoin. On me regarde mais je m'en fiche. Je tue, j'ai soif, je ne sert qu'à tuer et à boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mar 24 Jan - 9:38

Cela fait plusieurs heures que Narek court dans Paris,il court car il ne veut pas se faire remarquer.Il fait nuit,du moins presque,il fait gris.Il devrait être dans sa planque,en train de repérer grâce aux autres justiciers de Paris,qui ne sont qu'au nombre de trois,les crapules les plus dangereuses mais le jeune homme avait senti l'odeur du sang frais alors qu'il s'apprêtait à quitter les bas-fonds.Le sang frais,qui coule et s'écoule.Narek abandonna son idée de retourner à la planque et suivit la piste sanglante.Il vit alors un cadavre.Un cadavre pâle,un cadavre vidé de son sang.Plus une seule goutte dans tout le corps du défunt,Narek sait bien que cet homme n'était pas le meilleur de tous et il était presque certain qu'il avait déjà du tué des gens mais il ne pouvait s'empêcher de s'enflammer,de se promettre de retrouver l'assassin.Il avance encore dans les sombres ruelles guidait par son odorat animal.Il suit encore la piste des corps et du meutre.Il sent ses mains qui le démange,il n'as qu'une envie sortir son sabre et tranperçait le corps de celui qui séme des cadavres ainsi.Un deuxième corps,le corps de Narek s'enflamme,il va pas supporter ce petit jeu longtemps.Un dernier corps.Cette fois Narek dégaine son sabre et court de nouveau vers l'assassin qu'il sent tout proche.Sauf qu'au lieu d'un homme baraqué auquel il s'attendait,il tomba sur une jeune femme.Elle est à genoux,des larmes silencieuses coulent sur ses joues,déjà tachées de sang.Elle est dans un état pas possiblPe.Sa chemise noire est déchirée ,son soutien-gorge,bizarrement exposé est taché lui aussi d'hémoglobine.Ses chaines cliquetiquent.Elle est souillée de part et d'autres de sang,elle semble dessèpérée.Comme si elle en avait assez de la vie.Narek le justicier ne peut pas rester insensible à ce spectacle et malgré son sang-froid habituel.Le jeune homme s'accroupis,devant la fille,son sabre toujours en main.Doucement il murmure,il ne parle jamais autrement de toute façon.
Que fait-tu là ? Hein que t'est-il arrivé petite rouge ?
Le surnom lui était venu naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mer 25 Jan - 2:28

La silhouette carrée d'un jeune homme se grave dans l'obscurité. Il n'est pas bien musclé mais la fluidité et la rapidité de ses gestes lui donnent une présence déconcertante. Il s'accroupit à côté de moi et me regarde d'un air compatissant, un katana dans les mains.
- Que fait-tu là ? Hein que t'est-il arrivé petite rouge ?
J'ai juste envie de me tuer, d'en finir avec moi-même, avec la chose que je suis et que je resterais malgré moi. Je le regarde d'un air ivre, je dois faire peur à voir. Mon visage n'est qu'effroi, je l'inspire et je le ressens, mes lèvres gonflées par l'hémoglobine semblent gorgée de sang, mes canines crochues dépassent légèrement, ma peau est blanche, mes cheveux sont détachés et leur trop grande longueur les a emmêlés, mes yeux rouges luisant sont habités par des flammes du démon, je n'ai aucune expression, on croirait voir une possédée. Ma grandeur habituelle, ma prestance, mon charisme, tout s'est envolé, je ne suis qu'une carcasse féminine croupie dans les bas-fonds de Paris. Je tourne la tête, je le regarde, je ne vois que ses veines, je ne vois que les pulsations gonflantes de son coeur qui envoie du sang aux organes, je ne vois que ce que je convoite comme un animal. J'aimerais tellement voir les gens autrement que comme ça. Je voudrais être normale, être et me sentir vivante, je veux en finir, je veux revivre.
- Je veux tuer le monstre.
Je ne me rend même pas compte que j'ai prononcé cette phrase tout haut. Je fixe la jugulaire du mec devant moi qui ne sait pas ce qu'il risque. Je crache du sang en convulsant. Je suis un sac de nerf démolis, un amas de muscles et de violence, une chose impardonnable, irrécupérable, invraisemblable. Je le regarde et avant de vouloir bondir, je reprend vie, je me colle au mur et je le pousse violemment avec mes pieds. Il ne s'attend pas à cette réaction et manque de tomber au sol. Je me recroqueville comme un animal blessé, qui se retourne dans sa cage, qui ne veut pas voir les visiteur du zoo. Mes ongles semblable à des griffes se plantent dans la brique et saignent. Mes pulsions irradient dans mon dos et ma colonne vertébrale se courbe quand je rejette la tête en arrière pour hurler. Une bête, un monstre, une folle, un démon. Mon seul désir est de planter mes crocs dans la gorge du jeune inconnu qui s'inquiète de ma condition. Je veux qu'il s'en aille, je ne veux plus tuer pour ce soir, j'ai assez bu. Mais je ne me contrôle pas, je suis inhumaine. Ma main tremblante cherche la poignée de mon katana, je veux me trancher la gorge, réussir à mourir dignement, à me tuer pour une justice, à me vider de mon sang comme les autres que je sème derrière moi. Je tire sur mon arme, je la sors de son étui, la lame d'argent brille dans l'éclat de lune qui transperce par un interstice dans la ruelle. Le manche rouge et noir s'installe dans ma poigne. Je la prends en face de moi, je le tiens à demain, je regarde mon reflet dans la fine lame aiguisée, il ne me reste qu'un geste simple à faire. Je vois le jeune homme qui s'est relevé qui me regarde, il est doux dans ses mouvements, comme s'il ne voulait pas que je le vois, comme s'il voulait me rassurer. Un chaperon rouge, un agneau effrayé, tombé dans le piège. Je réclame justice.
- Tue le grand méchant loup.
Je lui tends mon sabre. Mon cerveau me répète encore les même mots: ivrogne, droguée, folle, inconsciente, traînée, monstre, démon, bête, araignée, vampire, inutile. Je ne désire que la paix intérieure, je ne veux plus me considérer comme une chose. Je veux être quelqu'un. Tuez moi ! Otez moi la vie ! Réparez l'erreur que l'on à fait en me la donnant ! J'ai trop mal, je n'ai plus la force de lutter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mer 25 Jan - 5:29

La femme en sang met quelques temps à répondre,comme perdu sans pensées.Elle est dans sa état,si Narek avait eu une veste,il lui aurait donné mais le jeune homme n'en portait jamais,insensible aux changements de températures et éternellement en t-shirt et pantalon.De touta façon,une veste l'aurait gêné lors des combats,il était mieux ainsi,libre de ses mouvements et plus souple que jamais.Le justicier était un homme libre,après tout.Il n'aurait pas pu supporté de le moindre vêtement épais.Le chimèrique garçon, était une chimère rat,s'avez déjà vu un rat avoir froid ? Non.
Je veux tuer le monstre.
La jeune femme semble reprendre vie d'un coup,elle se colle contre le mur,comme si elle craignait quelque chose,il se retient de se tourner, pour regarder si un assailant ne vient pas par derrière.Ne jamais tourner le dos à un adversaire.Même si la jeune femme semble brisée et inofensive,elle peut très bien être extrêmement dangereuse.Elle le pousse avec force avec ses pieds et il manque de s'étaler au milieu de la rue.Mais le jeune homme se redresse vite.Une rapidité à tout épreuve.Narek n'aurait jamais du se laisser distraire la jeune femme,elle était dangereuse malgré son état déplorable.Elle n'était pas un ange.Il faudrait qu'il fasse plus attention.Elle se recroqueville contre le mur,comme si elle avait peur mais de quoi pouvait avoir peur cette femme ? Elle rejette la tête en arrière et en hurlant tout en plantant ses ongles dans le mur.Narek se demande bien comment elle fait mais à ce qu'il voit,cela n'est pas sans risque,elle se met à saigner.Soudain elle tire son sabre,semblant de nouveau retrouver ses forces.Elle semble très instable,instinctivement le justicier recula hors de portée de l'arme.Mourir aussi bêtement serait regrettable.Après tout,il avait encore tant à accomplir.La paix n'était pas encore là, et tant qu'elle ne le sera pas,le jeune homme continura,il déteste tuer mais pour la justice et la paix,il tuera alors qu'il ignore qu'il tue pour la guerre.Narek est un innocent Japonais perdu au milieu du Paris,qui tente de rétablir la paix mais qui sème le chaos.Le katana de la fille rouge,est sublime,une larme en argent et un manche rouge et noir,totalement accordé avec sa propriétaire.Elle le tient à deux mains et Narek prend sa garde en main même si le bout de son arme traîne encore au sol.Mais elle tient son arme à l'enverse,Narek manque de lâcher son sabre en s'en rendant compte.
Tue le grand méchant loup.
Il attrapa l'arme qu'elle lui tend et d'un geste,malgré un léger pincement au coeur en se rendant compte qu'il risque d'abimer le katana en faisant ça,lance le sabre au loin,il va se planter dans un des murs,des bâtiments au loin.Il range ma propre arme dans son fourreau,situé dans don dos.
Je ne voit aucun grand méchant loup.Seulement une jeune femme.
Il l'attrape par les coudes,a deux mains et la relève,elle n'as pas le temps de protester,Il lui souris,un sourire tout doux.Un sourire rassurant,comme on apprend à une enfant à nous faire confiance.Narek voulait apprendre à cette fille,à lui faire confiance et à se faire confiance.Elle a encore les larmes aux yeux.
Allons,venez,il va falloir,vous trouvez des vêtements en meilleur état.Et puis boire un truc vous fera du bien,c'est décidé,suivez-moi,la planque vous attend.
La planque,le quartier général des quatre justiciers de Paris,là-bas on trouvait tout ce que l'on voulut.Le jeune resta tourné vers la jeune,sans bouger,jusqu'à ce qu'elle se décide à marcher.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mer 25 Jan - 5:54

Il attrape mon katana et le balance derrière lui, la lame va se planter dans un des murs. J'ai envie de lui sauter à la gorge, au lieu de ça je me laisse tomber à genoux, le visage dans les mains, mes mandibules voulant sortir. Je lutte contre la transformation. Je ne sais plus ce qui m'arrive, je n'ai jamais ressenti ça, je n'ai jamais voulu en finir, j'aime trop la vie, si cruelle qu'elle soit avec moi. Il parle mais je n'entend même pas ce qu'il dit. Ses mains se logent sous mes coudes et il me relève, je ne sais pas comment il le fais, je suis tellement molle, lourde et involontaire, mais ça ne semble pas lui causer de problèmes, pour lui je suis une plume. Je finis par apercevoir son visage, doux, rassurant, protecteur, tout ce que je déteste d'habitude, tout ce que je hais d'ordinaire, tout ce que je tue quand je le peux. Je le regarde, des larmes plein les yeux. J'ai toujours envie de lui sauter au cou.
- ...c'est décidé,suivez-moi,la planque vous attend, seul ces derniers mots, je les comprend.
Je le suis, il me tient la main. Je le suis, je ne sais pas pourquoi. Je le suis. Je n'ai pas envie d'aller avec ce mec, de me faire un ami, je n'ai pas l'intention de lui faire confiance, je ne donne la mienne à personne. Juste que je ne sais plus ce que je fais, je suis ivre morte, je ne marche toujours pas droit. Je suis folle parce que je pense avoir trouvé quelqu'un qui mettra du piment dans ma vie. Je suis une inconsciente, j'ai oublier de me suicider. Je tremble et il serre ma main contre la sienne. Je m'arrête, il s'arrête. J'essuie mes larmes et il me regarde. Je ne lâche pas sa paume. Je ne sais même pas s'il a compris que les cadavres laissés derrière moi son mon oeuvre. Il n'a pas l'air de savoir que je suis dangereuse, violente et sanglante. Il voit en moi une petite fille égarée, pauvre, seule et triste. Il me sourit encore, il se veut rassurant. Cette fois il y arrive, nous nous remettons en marche sous la pluie. Je le suis et je sais pourquoi. Parce qu'il est aussi fou que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Ven 27 Jan - 9:19

Il tient sa main,une main glacée comme le reste de son corps sans doute.Elle semble très fragile aux yeux de Narek,elle tremble,il n'hésite pas et serra sa paume,sans doute pour lui montrer qu'il est là et qu'elle ne doit pas lâcher maintenant.Il l'a fait avancer mais si les pas de la demoiselle ne sont pas toujours droits et qu'on pourrait dire une droguée mais Narek s'en fiche,il veut juste la protéger,alors qu'il ne la connait pas mais il a toujours était comme ça,il a toujours aidé les autres,il ne tue jamais pour le plaisir mais seulement par nécéssité.Il a peur pour elle,il a vu qu'elle ne semblait pas tenir à la vie,il ne veut pas qu'elle meure,personne ne mérite de mourir,il veut l'aider,il fera tout ce qu'il peut après tout,en tant que justicier,c'est son boulot,d'aider les autres.Elle s'arrête,il fait de même,elle s'essuie,le visage,ses larmes l'ayant inondé,Il la regarde.Il apprécie ses beaux cheveux rouge,aussi remarquable que les siens,la femme rouge,on pourrait l'appeler mais il lui à déjà trouver un surnom : La p'tite rouge.Sa p'tite rouge pour le moment.Narek n'hésite pas un seul instant et lui sourit,toujours rassurant,et il semble qu'il arrive à la rassurer,ils se remettent à marcher sous une pluie qui battra bientôt de son plein.Au bout de moment,et les deux bien trempés,il finit par la faire courir,tout les deux courent sous la pluie.Il l'arrête devant un bâtiment abandonné.Il l'entraine à l'intérieur,toujours avec calme. Au lieu de la faire rentrer dans un des appartement de l'immeuble,il la mène dans un coin du couloir sale du bâtiment,il se baisse en lâchant sa main gelée et ouvre une trappe dans le sol,il fait noir mais on distingue des marches qui mène à une pièce allumée.Personne toute fois.Narek reprend sa main et passe devant,doucement il descende les escalier car ceux-ci sont glissants,en bas la pièce est d'une forme rectangulaire,au milieu de la large pièce une grande table,croulant sous diverses papiers,il ne lui laisse pas trop le temps d'examiner cette pièce, et la lui fait traverser,il emprête une porte, et tout les deux se retrouvent dans une sorte de salon,il l'a fait s'asseoir sur un fauteuil et va chercher quelque chose à boire pour son invitée,la laissant seule quelques minutes,il revient avec deux verres de soda.Il lui en donne un et va s'asseoir dans un fauteuil en face du sien.Pour les fringues,il lui en donnerait plus tard.
[color=red][Maintenant dis-moi...Que t'est-il arrivé ? Hein p'tite rouge,comment t'es tu retrouvé dans la rue,en sang ? Aurait-tu croisé un tueur ?/color]
Il n'allait pas lui dire,qu'il traquait ce tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Ven 27 Jan - 9:47

Nous avançons et l'averse s'abat sur nous. Nous courrons, seul moyen d'arriver plus vite à l'abris. Je le suis, décuvant peu à peu. Il m'emmène dans un bâtiment abandonné, m'entraîne dans un coin, me tire jusqu'à une trappe où l'on descend des escaliers glissant, me fait passer dans une pièce avec une table rectangulaire remplie de paperasse et m'assoie sur un fauteuil dans un petit salon à côté. J'ai quasiment retrouvé ma lucidité mais je feigne encore d'être ivre. Je laisse mon corps tanguer, trembler, sursauter. Il me met un verre de soda dans les mains. Je regarde le liquide orange vif avec un air de dégoût. Je n'ai pas la force de boire une telle chose après les trois hommes pleins de sang que j'ai vidé. Je pose le verre auquel je n'ai pas touché une seule goutte sur la table près de moi. Je commence à revenir à moi-même, à me dire que je n'ai rien à faire là. Whitney la sanglante reprend le contrôle. Plus de faiblesses, plus de suicides. Juste une sadique vulgaire au sale caractère. Je suis presque plus attachante en étant complètement droguée. Je le sais.
- Maintenant dis-moi...Que t'est-il arrivé ? Hein p'tite rouge,comment t'es tu retrouvé dans la rue,en sang ? Aurait-tu croisé un tueur ?
Il s'est assis sur un fauteuil qui me fait face. Quand j'entends ces questions, je ne peux m'empêcher de renverser la tête en arrière pour exploser de rire, un rire horrible, glacial, ténébreux. Je le regarde, des larmes dans les yeux, mais plus les mêmes que quelques minutes avant. Il se demande ce qu'il se passe. Il est si mignon, il ne voit rien, il ne me voit pas.
- Tu n'as toujours pas compris ? fait ma voix caverneuse, à faire se lever les morts.
Il a l'air de ne pas croire que j'ai si rapidement repris pieds. Une chimère n'a pas de gueule de bois et l'ivresse ne dure que quelques minutes, on ne sait pas être aussi inconscient que les humains. Je me lève, je me penche vers lui, mon haleine sanguine caresse son visage alors que je le fixe. Je pose une main sur son torse et le plaque contre le dossier de son fauteuil.
- Tu ne comprend pas que c'est moi qui les ai tués ?
Je plie une jambe et coince mon genoux entre le fauteuil et sa cuisse pour me pencher dans une position assez sexy et tentante. Je le regarde, passe une main dans ses cheveux en lui souriant. Il me regarde déconcerté, paralysé, ne comprenant plus rien.
- C'est moi le monstre que tu recherches...
Ma main qui caresse sa tignasse blanche descend pour se loger à son cou et mon pouce passe sur ses lèvres. J'ai l'impression qu'il s'enfonce dans son fauteuil.
- Tu as perdu une belle occasion de me liquider tout à l'heure, tu sais. Le grand méchant loup c'est moi. Personne d'autre.
J'ai envie de l'embrasser, de goûter à ses lèvres rien qu'une fois. Mais je l'ai assez traumatisé pour aujourd'hui, je dégage ma cuisse de son corps et me relève pour aller m'affaler avec nonchalance dans le canapé. Je ne peux pas l'embrasser, je ne peux pas passer à quatre pour ce soir. Je ne veux pas le tuer lui. Ça serait bête, il est trop mignon. Autant profiter d'un mec comme ça au maximum. Je ferme les yeux, je recommence à penser des choses horribles. Mais je coupe le son. Je n'entend plus ma conscience me répéter son champ lexical. Ivrogne, droguée, folle, inconsciente, traînée, monstre, démon, bête, araignée, vampire, inutile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 1:35

Il la regarde,voit ses yeux se remplir de larmes,pendant quelques secondes il a eu peur de l'avoir fait pleurer mais la jeune femme,lui fait vite perdre cette idée stupide en parlant d'une voix caverneuse qui résonne dans la pièce comme si elle appartenait à un monstre.
Tu n'as toujours pas compris ?
Narek trouve étonnant qu'elle est si vite repris ses esprits,il y a encore cinq minutes,elle peinait à tenir debout.
D'un coup,la p'tite rouge,ne faisait plus enfant mais adulte,une adulte que la vie aurait crachée et qui ne voulait pas le montrer.Une adulte qui se battait,pour tout.Elle quitte son fauteuil,et s'approche de lui,le jeune homme a vraiment du mal à ne pas s'inquièter,elle n'est pas innocente.Elle est folle.Elle est le grand méchant loup.Il aurait du la tuer,tout à l'heure.Mais comment aurait-il pu savoir ? Après tout,ivre,elle ressemblait à n'importe quelle jeune fille qui s'efforçait de survivre dans ce monde de dingue.Son haleine,a l'odeur de sang est tout près du visage de Narek,elle le plaque contre son fauteuil.Narek aurait-pu (aurait-du!) la repousser,la tuer aussi mais pour le moment Narek,l'étudiais.
Tu ne comprend pas que c'est moi qui les ai tués ?
Si ! Si ,il a compris,un peu tard,mais il a compris,cette fille est la tueuse qu'il traquait,elle est celle qui lui avait donné envie de tuer,l'auteur des crimes.Elle. La p'tite rouge, se met dans une postition très ..sexy mais Narek n'a pas ce genre de pensées,il n'as jamais éprouvé quoi que ce soit dans ce genre là,alors l'attitude de la jeune femme le laisse indifférent,elle lui passe une main dans les cheveux,et il décide de jouer,celui qui n'as rien compris.Elle passe une main dans ses cheveux blancs.
C'est moi le monstre que tu recherches...Tu as perdu une belle occasion de me liquider tout à l'heure, tu sais. Le grand méchant loup c'est moi. Personne d'autre.
Elle joue avec lui,il le sait bien.Il reste de marbre intérieurement mais de dehors on ne voit qu'une chose,il n'y croit pas,il est stupéfait.Elle retourne s'affaler sur le canapé.Tandis que Narek quitte le fauteuil.Ses sabres sont toujours accrochés dans son,dos,il ne les quittent jamais.On a vraiment l'impression qu'il se retient de la tuer.Il revoit les cadavres,les corps vidés de leur sang.
Tu es le tueur.Tu est celui qui a tué ses gens.Ou plutôt celle.
Elle ne peut pas rester ici.Si les autres arrivent,il la tueront.Narek n'as pas envie de la tuer mais c'est son travail,comment pourrait-il lui expliquer cela ?
Pars.Sinon tu mourras.Pars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 3:59

J'ai toujours eu horreur des gens qui me coure sur le haricot. Et dans le genre emmerdeur, j'étais tombé sur quelqu'un de bien haut placé. Le type se lève, ses sabres dans le dos et me regarde d'un ait neutre, qui cache un dégoût profond.
- Tu es le tueur.Tu est celui qui a tué ses gens.Ou plutôt celle. Pars.Sinon tu mourras.Pars.
Je me demande vraiment s'il est bête ou s'il le fait exprès. Je le regarde, je le toise, je l'observe, je le décrypte. Je ne vois pas s'il a envie de me tuer. Je ne sais pas s'il le doit. Je ne sais même pas s'il en est capable. Pourtant il me traque depuis des nuits et ça me fait rire. Il ne bouge pas.
- Je me fiche de mourir.
Je dis la vérité, j'accroche de l'importance à la vie. Plus maintenant. Je n'ai jamais eu de raison de vivre. Je n'en aurais jamais. Les raisons, les causes et les effets ne sont pas énumérables. Je me lève, un peu menaçante, il porte la main à la poignée de son sabre. Je penche la tête en le regardant avec malice.
- J'leur rend un service en les tuant, crois moi.
J'avance et il recule en sortant son arme de moitié. Je n'ai pas envie de lui faire du mal. Je n'ai pas l'intention de l'attaquer. Ni de me défendre s'il le fait. Je ne veux pas non plus partir. Je suis bien ici. Il n'avait qu'à réfléchir un peu avant d'amener une fille chez lui. Des bruits de pas se font entendre, des chuchotements, des voix d'hommes je pense. Ils se rapprochent, viennent vers nous. Le mec aux cheveux blancs tourne la tête d'un air inquiet. Quelque chose me dit qu'il les connait. Je n'hésite plus. Je le pousse vite plus loin et le plaque contre le mur, le prend son visage entre mes mains et je l'embrasse fougueusement. Je ne l'aime pas. Je n'aime personne. Je veux juste que ses coéquipiers - qui me pourchassaient aussi sans savoir à quoi je ressemblais - le découvre comme ça. Ils penseront que je suis la copine du type. Rien d'autre. Je tisse ma couverture comme une toile. Une nouvelle identité. Je sais être intelligente quand il le faut, rapide même. Je suis impulsive, imprévisible et impardonnable, mais je sais être perspicace, dynamique et réactive. Je presse mes lèvres contre les siennes, il en a lâché son arme, il a l'air vraiment surpris. Mais il ne se débat pas. Il ne me coule pas dans les bras non plus. Il hésite à me rendre mon baiser, mais je sais qu'il n'aura jamais les couilles de le faire. Pour lui, ça n'aurait aucun sens, et pour moi. Moi ça me ferait juste plaisir, rien d'autre. Mais qui s'occupe de mon bon vouloir de toute façon ? Je l'embrasse. Les quatre mecs entrent en riant et s'arrêtent net en nous voyant. Il y a un silence et je fais exprès de sursauter comme si je ne les avait pas vu. Je fais les yeux ronds, joue à la timide, j'arrive même à rougir. Ils sifflent. Rient. Chahutent. Lancent des taquineries à leur ami. Je leur en veux de s'entendre aussi bien. Je fais taire ma jalousie pourtant. Je me contente de jouer mon rôle, me passant encore la langue sur les lèvres discrètement, le goût exquis de celles du 'mimi' y reposant encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 4:41

Elle le toise,comme si elle le trouvait stupide.Ce qui est certainement le cas.Après tout,il est armé elle non,il est certainement plus fort qu'elle et lui connaît la planque comme sa poche ,il pourrait facilement l'exterminer,il le devrait mais il n'arrivait pas à s'y résoudre,tuer une fille,pour lui,le justicier,ce n'était pas simple.Elle rit de son rire si spécial,un rire à faire trembler les murs.
Je me fiche de mourir.
Elle semble sincère et c'est peut-être ça,qui poussa Narek à se réveiller,elle se lève,menaçante.Instinctivement le justicier attrape son sabre.La main sur la poignée et l'arme toujours dans son fourreau,il devrait ne pas hésiter mais là encore,il ne voit qu'une fille un peu folle en face de lui.Dur de tuer,quelqu'un qu'on veut aider.
J'leur rend un service en les tuant, crois moi.
Il n'en doute pas,il sait que les morts sont pour la plupart des vrais monstres,des pervers,des assassins,mais même,la vie était la vie et cette vérité était inscrite en lettre d'or dans son esprit.Il ne pouvait pas contourner cette vérité-là.Elle avance vers lui,il recula et commence à sortit son arme de son fourreau.Il entendit très vite,les pas des autres,de ceux qui battait pour la même raison que lui mais avant qu'il puise faire quelque chose,la rouge le plaque contre le mur et colle ses lèvres contre les siennes.C'es un baiser brutal,un baiser qui à la gout du sang,qui écoeure Narek,qui hais ce gout,mélange de métal et de ilnesaittropquoi.
Mais le jeune homme ne sait pas comment réagir,il a lâché son arme,comme un faible,heuresement qu'il en a une deuxième mais pour le moment il ne bouge,pas,il veut protéger la petite rouge.Les gars entrent dans la pièce,ils rient,puis le charit.Il fait comme si de rien n'était.Elle joue ,les timides,rougissant même.Puis ils repartent aussi vite qu'ils sont venus,le plus vieux des quatres dit:
On va vous laisser,les p'tits.Amusez-vous bien..
Après un éclat de rire,les autres justiciers s'en vont et Narek s'empresse de s'écarter de la rouge,et sort immédiatement sa seconde arme,qu'il tient d'une seule main.Il n'as pas peur,il est calme.
T'aurais pas pu trouver,'aut' chose ? Ils vont se foutrent de moi pendant au moins six mois !
Il aurait du la tuer,au lieu de la tuer mais Narek ne le pouvait plus.Pourquoi ? On ne peut pas savoir,il refuse de se l'admettre à lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 5:08

Le petit groupe repart aussitôt.
- On va vous laisser, les p'tits. Amusez-vous bien...
Je souris et leur fait un signe de la main, mais à peine la porte est-elle fermée, Mimi - j'ai décidé de l'appeler comme ça - s'écarte de moi en sortant son deuxième sabre.
- T'aurais pas pu trouver, 'aut' chose ? Ils vont se foutrent de moi pendant au moins six mois !
Je ris de bon coeur. Il aurait fallu voir la tête qu'il faisait. Je lui souris avec amusement et ne peut m'empêcher de soupirer en le voyant brandir son katana devant lui. D'un geste minime, rapide et précis, je me sers d'un fil d'aragne sortant de mes doigts pour prendre l'autre arme tombée au sol. Je l'attrape au vol et pare la garde de Mimi, le tout en un quart de seconde. Il est surpris et attaque avec rapidité. Il est presque invisible dans ses mouvements grâce à la vitesse, mes ma vision décuplée détecte tout. J'esquive chaque parade, je bloque chaque coup, je m'amuse avec force et fluidité. Je finis par perdre patience, je me retourne, cours sur le mur, marche à l'envers au plafond pour atterrir derrière le mec. A l'aide d'un de mes fils, je bloque sa poigne armée et place mon katana sous son menton.
- T'es doué. Aussi doué que t'es mimi !
Je ris doucement, il essaye de bouger mais je maintiens ma toile autour de lui. Je recule et marche pour me retrouver face à lui. Il est bloqué dans les fils. Il se débat. On se sait pas s'il veut rire, pleurer, crier, et m'égorger après. Il tient toujours son sabre et j'abaisse son arme d'un coup sec de la main. Avec un bruit métallique, il retombe par terre. Je m'avance vers lui et coupe chaque fil en fouettant l'air de ma lame. Avant qu'il ne puisse de nouveau bouger, je l'attrape fermement par les épaules et va l'allonger sur le canapé. Il se redresse et part en arrière mais je m'installe au-dessus de lui, un genou de chaque côté de son bassin. Une main sur son torse, l'autre à droite de sa tête, je le force à rester là. Il se débat un peu. Je range une mèche de cheveux rouge derrière mon oreille. Il me regarde, l'air de se demander ce que j'ai l'intention de faire. On dirait un garçon de cinq ans qui toise un vieux monsieur lui proposant des bonbons. Je lui souris. Je passe mes doigts sur ses lèvres.
- Tu n'as pas l'intention de me descendre. J'sais pas pourquoi, tu débloques un peu certainement. Alors arrête de jouer un rôle un peu, juste pour moi.
Il a l'air d'accepter mais je ne le lâche pas pour autant, je me laisse même tomber sur lui. Je suis fatiguée. Je me sens bien dans cette pièce. Mimi m'amuse et sa présence me fait du bien. C'est la première fois que je ressens un peu d'émotion autre que le sadisme et la folie. Folie ? Je suis encore une grande fofolle punk mais ça, il le sait je crois. Je me retourne dans ses bras, je me cale contre lui. Il reste bras et jambes écartés, paralysé, me regardant comme si j'étais la petite amie de E.T. Il doit me prendre pour une tarée, il n'a pas l'air de comprendre que je viens juste de me relâcher, que je veux qu'il me câline, qu'il m'amuse, que j'ai l'impression d'être une gamine avec lui. Il ne réagis pas alors je décide de le réveiller. Je fais glisser ma main le long de son torse et descend en passant au dessus de sa ceinture. Il sursaute à "l'endroit sensible" et j'explose de rire avant de me réfugier derrière un cousin. Je sens qu'il va me taper, je m'amuse, je joue comme une enfant. Enfin, une enfin espiègle, désobéissante, vicieuse... et presque perverse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 5:34

Elle ris,et quand elle rit, Narek ne voit plus une folle sadique mais une enfant.Décidément cette fille est pleine de surprise,on a du mal à deviner qu'elle sera sa prochaine réaction.Il aperçoit qu'elle a récupérer son sabre,elle doit savoir s'en servir vu que tout à l'heure elle avait un katana.Ouille,ça promet un sacré combat,cette histoire.Il a beau être très rapide,elle voit le moindre de ses mouvements et puis faut bien avouer que Narek ne se bat pas vraiment,il ne veut pas le tuer,sinon,je crois qu'elle serait étalée par terre depuis longtemps.Mais il ne veut pas lui faire mal,alors il perd c'est obligé.Soudain elle disparait de son champs de vision,pour réapparaître dans son dos,elle place son arme sur son cou.Il ne bouge plus.Il ne veut pas mourir,il à encore trop à accomplir.Il doit aider à sauver le monde.
T'es doué. Aussi doué que t'es mimi !
Il ne se trouve pas spécialement "mimi" et prend sans trop le vouloir,un air renfrogné.Elle ris comme si c'était drôle ! Ellle l'emprisonne dans ses fils,comme si elle allait le manger,après tout qui sait ? Elle a peut-être faim ? Elle le force à lâcher son arme,qu'il abandonne donc au sol,avec regret.Alors là,il est totalement à sa merci,il va certainement mourir.Elle coupe les fils à l'aide de sa lame à lui,et l'attrape par les épaule pour le force à s'allonger sur le canapé.Il se redresse prêt à s'enfuir,vu qu'il n'as plus d'arme et qu'aucune n'est à sa portée.Mais elle s'installe au dessus de lui,un genou de chaque côté de son bassin. Une main sur son torse, l'autre à droite de sa tête, elle le force à rester là.Le pauvre Narek est totalement bloqué et il peut à peine bouger.Elle semble bien s'amuser de la situation mais lui il s'en inquiète.Après tout,pourquoi ne l'a t-elle pas tué ? Sa lui aurait permis de partir et ainsi personne n'aurait su,qu'elle était l'assassin.Mais elle avait le contraire,pourquoi ?
Tu n'as pas l'intention de me descendre. J'sais pas pourquoi, tu débloques un peu certainement. Alors arrête de jouer un rôle un peu, juste pour moi.
Ainsi,elle avait compris,il ne peut qu'accepter,à quoi bon ce voiler ainsi la face.Il ne veut pas la tuer,il ne le peut même pas.Elle s'affale,ce cale contre lui.Lui ne bouge pas,trop inquiet,sans doute,après tout cette fille est une meurtrière.Il sent sa main glisser le long de son torse,il est pris d'un frisson et quand il se rend compte qu'elle ne s'arrête pas là,il sursaute.Elle éclate de rire et va se cacher derrière un oreiller.Et ça l'amuse en plus.Et si pour une fois Narek,s'amusait ? Le sauvetage du monde,peut bien attendre cinq minutes !Il l'attrape par la chemise et l'attire à lui,avant d'éclater de rire.
Gamine,va !
Il laisse courir ses mains,le long de son corps,sans toute fois descendre plus bas que la ceinture,comme elle à eut l'audace de le faire,à un moment,il l'entend rire.Ah Mademoiselle est chatouilleuse ! Il en profite et se met à la chatouiller,comme si tout les deux étaient redevenus deux enfants.Ils ne connaissent même pas le prénom de l'autre mais lui s'en fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 5:56

Il m'attrape par le col de ma chemise ouverte et déchirée. J'avais zappé que j'étais en soutif. Il me soulève un peu et je lui envoie l'oreiller dans la figure. Il se met à rire et ça ma fait plaisir de le voir se détendre un peu.
- Gamine,va !
Je sens ses mains me caresser la taille, il n'ose pas s'aventurer plus bas. Il a l'air innocent mais je sais qu'il ne l'est pas tant que ça. Je souris, me mord les lèvres. Ses bras chauds passent sous ma chemise, il caresse mon dos, un frisson me parcourt. Je me laisse faire, contente qu'il se prenne au jeu. Mais quand il se remet à faire courir ses doigts sur mon ventre, je me met à rire, c'est que je suis chatouilleuse. Il s'en rend compte et continue ses mouvements. Je me tortille, me dandine, gigote, remue, me débat en riant à larmes. Il s'abat sur moi dans un éclat de rire mais je stoppe ses poignets vigoureusement, il tombe sur moi, une main de chaque côté de ma tête. Je le coupe dans ses protestations en me levant pour l'embrasser. Il est encore surpris mais ne se débat toujours pas. Je ne fait pas durer le baiser, je me rallonge. Je passe ma langue sur mes lèvres sans le quitter des yeux, un sourire joueur et amusé aux lèvres. Nous sommes seuls, et autant que ses amis ne le charrie pas à tort. Je laisse échapper un piaffement. Je le regarde. Ses cheveux blancs, son oeil gris, son autre aussi rouge que mes cheveux, ses lèvres entrouvertes par mon embrassade. Je le trouve très mignon moi.
- Au fait, j'm'appelle Whitney !
Je ne vais pas l’appeler Mimi éternellement, même si ça lui va bien et que je le trouve très attendrissant. J'en perdrais presque mon côté viril et sanglant juste pour me laisser fondre. N'importe qui aurait trouvé le jeune homme hyper flippant mais venant d'une folle réussie comme moi, on se s'étonne plus de rien. Il aurait fallu inventer la chose qui me ferait peur. Ma seule peur était moi-même. Je me mis sur les coudes, restant sous le mec. Les rôles étaient inversés et c'était lui qui me maintenait dans le canapé. Je lui souris. Je décide de passer la nuit avec Mimi, parce que c'est mon Mimi, parce que je ne me refuse pas de m'amuser, de me détendre, d'oublier autrement qu'avec de la drogue, de l'alcool. Mais je ne veux pas chercher à brusquer ce gars. Quoique, il me cherche un peu, l'innocent petit Mimi qui cache des petites folies, parce que je ne m'attend pas du tout à cette réaction là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 6:18

Elle se tord de rire entre ses mains,elle rit aux éclats,les joues rougies à cause de l'hilarité.Elle fait vraiment toute rouge ainsi.Elle se débat mais il ne la lâche,content que ce soit son tour d'être bloqué.Ben quoi ? C'est pas un ange Narek ! Il est un peu sadique,faut bien l'avouer.Il s'amuse à la voir remuer sous ses mains,à la voir les larmes aux yeux,tant elle rie.Il éclate lui-même de rire,contaminé par sa bonne humeur,il à oublier les meurtres et les cadavres.Cette fille le distraie,si il avait était dans son état normal,il ne se serait pas laisser faire mais pour une fois Narek,veut vivre normalement,plus le meurtre et de sang,qu'on lui a appris enfant.A un moment il se retrouve sur elle,les mains de chaque côté de sa tête,il ouvre la bouche pour protester vivement mais elle ne lui en laisse pas le temps et elle pose de nouveau ses lèvres contre les siennes.Mais elle se rallonge bien vite,au gout de Narek.Elle passe sa langue sur ses lèvres,tentant le justicier sans le savoir,sans doute.Elle semblait,elle aussi beaucoup s'amusé à ses dépends.Les deux jeunes étaient tellement opposés et pourtant ils arrivaient à s'entendre.Etonnant.Elle laisse échapper une piaffement,comme un moineau,sauf qu'elle cent fois pires qu'un oiseau.Il garde les lèvres entrouverte,encore sous le coup du baiser.
Au fait, j'm'appelle Whitney !
Elle balançait ça comme ça,alors que tout les deux venaient de s'embrasser mais sans doute,pour elle était-ce un acte commun.Elle se redresse sur les coudes,tandis que Narek est attiré par les douces lèvres ensanglantés de la jeune fille allongée sous lui.Elle sourit,comme pour l'encourager,en tout cas,c'est comme ça que lui l'interprête.Le jeune homme caresse d'une main sa joue,se tenant sur l'autre.Il ne veut pas l'écraser,sa femme rouge.Il murmure à son oreille.
Moi c'est Narek.
Et il se penche pour embrasser la rouge,un baiser tout doux au début mais comme la rouge se prend au jeu,le baiser devient plus fougueux,plus sauvage,sans doute.Narek passe sa main griffue sur la joue de la jeune femme,doucement de peur de la griffer.Il ne voudrait pas blesser,sa p'tite rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 7:02

Je le vois s'approcher, son regard fixant ma bouche qui semble l'attirer comme un aimant. Je souris, je veux l'encourager à se pencher encore plus. Il murmure et je sens son souffle dans mon cou:
- Moi c'est Narek.
Il se décide. Il m'embrasse. Doucement, tendrement, délicatement, d'un effleurement. Je ferme les yeux et plonge. Je glisse ma langue entre ses lèvres et vais chercher la sienne. Je l'embrasse. Il me rend mon baiser. Passionnément, follement, ardemment, fougueusement, vigoureusement, langoureusement, sauvagement. Je respire vite, mon coeur bat vite, mon corps va vite. Je l'attire contre moi, je passe mes mains sous son tee-shirt et je l'aide à l'enlever. Il m'enlève ma chemise, qui de toute façon ne servait plus à grand chose. Je me redresse, me met à genoux, je suis plus grande que lui de cette manière. Je prend son visage entre mes mains, je l'embrasse à en perdre haleine, j'en ai la tête qui tourne. Qui l'eut cru ? C'est nettement plus agréable maintenant qu'il me répond, qu'il entre dans le jeu, qu'il ne désire plus en sortir. Ses mains remontent le long de mes cuisses et il m'embrasse dans le cou. Je gémis. Je m'amuse. Je ne pense plus à rien à part à lui. Je joue. J'oublie les problèmes. Je me trouve un moment pimenté dans cette vie de merde. Je le laisse s'aventurer où il le souhaite, ses mains s'égarent sur ma peau et il me réchauffe. Je m'allonge. Je l'embrasse. Je le dévore. Je me débarrasse de mes bottes par la force des talons, il se met au dessus de moi, pose ses lèvres sur mon ventre. Je soupire. Je ne me suis jamais sentie aussi bien. Je ne le connais pas. Mais au moins nous ne nous posons pas de questions, nous nous amusons. On a besoin de rien d'autre. On veut oublier. Je trouve cette technique plus excitante que de se laisser mourir. Mon cerveau a changé de registre: gamine, insouciante, perverse, frivole, joueuse, folle... Mais je me fiche de ce que crie mon subconscient. Narek me mordille les lèvres, je ne le croyais pas aussi sexy, je me laisse faire.
Je le caresse. Je l'embrasse. Je ris. Je soupire. Je gémis. Je le déshabille.
Il me déshabille. Il gémit. Il soupire. Il rit. Il m'embrasse. Il me caresse.
Par un petit jeu, de fil en aiguille, nous finissons ensemble, sans savoir comment cela a commencé.


J'ouvre les yeux. Je suis allongée en travers d'un lit, les couvertures se battent au dessus de mon corps nu. Je suis à plat ventre, la tête dans les oreillers, les cheveux en bataille. Un réveil indique qu'il est quatre heure du matin. Un bras enserre ma taille. Je sens la respiration de Narek derrière moi. Je me retourne en emmenant les drap noir. Je passe ma main dans ses cheveux immaculés. Je n'en reviens pas moi même d'avoir couché avec lui. Au fond, il doit être sympa. Je sais c'est débile de se retrouver dans le lit d'un mec en ne connaissant que son prénom. Mais au moins je ne me complique pas la vie avec des informations inutiles, on aura le temps de faire connaissance plus tard s'il le souhaite. C'est trop long de raconter une vie. Trop ennuyant. Trop contraignant. Trop décevant. Je suis en train de caresser la joue du jeune homme que je trouve trop mignon, là, endormi près de moi, quand il ouvre les yeux doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 8:03

Leurs lèvres ne se lassent pas les unes des autres,elles fusionnent dans de multiples baisers pleins d'ardeur.Le jeune homme se laissa emporter dans le tulmutle de ses émotions,pour une fois Narek ne pensait plus au monde,il avait oublié sa mission,il oublié ses rêves d'enfants,qu'il n'avait jamais abandonné,des rêves qui cette fois n'avait aucun intérêt à ses yeux,alors qu'il vivait pour eux.Mais la fille rouge dans ses bras,lui faisait oublier les choses de la vie.Il laisse ses mains courir le long du corps affriolant de Withney,celle dont il venait tout juste d'apprendre le nom.Les deux s'embrassent sans cesse,comme si le monde extérieur n'existait plus,comme si ils étaient seuls au monde.Chacun de leurs geste va plus loin que le précédent,plus sensuel,plus ardent,ils sont pris dans un tourbillon dans lequel l'autre est leur seul espoir de survivre,ils ne doivent pas se lâcher,c'est comme une question de vie ou de mort.Ils se déshabillent mutuellement,ils se caressent,chacun ayant une faim dévorante du corps de l'autre,ils sont pris dans une boucle de plaisir et d'ardeur.Un cercle sans fin.Narek se découvre pas si innocent que ça et au final on se demande lequel des deux,commande le jeu.Un jeu qu'aucun des deux,avait choisis,un jeu qui a commencé par un baiser pour tromper les autres et qui finit sur un canapé,enroulé dans des draps.


Il ouvre les yeux,doucement,il sens une main dans ses cheveux,celle de sa p'tite rouge.Elle est tourné vers lui,tout contre lui,tout deux sont empêtrer dans un drap noir,pêché il ne sait trop ou,Il a une main passais autour de sa taille.Il n'as pas envie de la lâcher,pourquoi le ferait-il,il se sent trop bien,près d'elle,et elle blottie contre lui.Pour une fois Narek,ne s'est pas posé de questions.Il n'avait pas hésité.Ce qui était d'autant plus étonnant,c'est que les deux ne se connaissaient que depuis quelques heures tout au plus.Il redressa un peu la tête,pour entrevoir le réveil,qui indiquais quatre heure du matin.Il laissa échapper un petit grognement,en voyant cela,dire qu'il commençait son service avec les autres à 9 heures.Les autres,allaient bien le charrier...Et puis l'allait être bien reveillé...Certainement qu'il finirait par s'endormir avant d'avoir pu ne serait-ce que trouver quequ'un à traquer.Mais là il n'avait pas envie de penser à ça..
L'est trop tôt pour moi...
Il passa une main dans sa chevelure blanche,ce qui ne fit qu'empirer l'état déplorable de sa tignasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 8:30

Il regarde le réveil et grogne. Je pouffe. Il se passe une main dans les cheveux et les ébouriffe encore plus qu'il ne le sont déjà.
- L'est trop tôt pour moi...
- Pour moi aussi, qu'est-ce tu crois ? Que ça m'éclate de me réveiller en pleine nuit !
Il sourit. Je me rapproche, pose ma tête sur un coussin et le regarde. On se fixe comme ça pendant quelques minutes. Sans rien dire. Puis il prend une de mes longues mèches rouges entre ses doigts. Je me colle contre lui en frissonnant de plaisir, j'adore être en contact avec lui, je me blottie contre son torse chaud, ma peau étant elle toujours froide. Je ferme les yeux. Il m'entour de ses bras, lovée l'un contre l'autre, on s'endort, on respire ensemble, on est, pour la première fois de notre vie, heureux et on s'endort en souriant.


Des voix et des chuchotements me tirent de mon sommeil. J'ouvre les yeux. Cet fois, je suis allongée sur Narek qui m'enlace toujours, on al'impression qui ne sait plus comment me lâcher. Le réveil affiche maintenant huit heures. La porte s'ouvre et je me redresse, éblouie par la lumière. Je garde le drap près de moi et entend des rires. Mimi remue à côté de moi et sort une tête ébouriffée et endormie de sous la longue drapée noire. Il grogne en voyant ses quatre coéquipiers à la porte qui chuchotent en se pensant discrets. J'attrape un oreiller et leur balance. Le plus petit se le prend en pleine face, il proteste en riant et me le renvois. Voilà comment par un beau samedi matin ensoleillé, une bataille de polochon et d'oreiller commence. Je ne les connais pas. Aucun d'eux. Il n'y a que Narek que j'ai observé d'un peu plus près. Mais je m'amuse, je ris, je tombe dans les plumes et leur planque ressemble bientôt à un foutoir pas possible. J'ai enroulé le drap autour de moi et noué le tout au-dessus de ma poitrine. C'est sexy mais pratique. Mimi est en caleçon et les autres torses nus. Essoufflés, on finit tous par se laisser tomber dans un coin, moi dans les bras du jeune homme au cheveux blancs. Il passe ses bras autour de ma taille et pose son menton sur mon épaule. Le soleil commence à filtrer à travers les stores et inonde la pièce d'une ambiance particulière mais qui sème le bonheur. Je me sens comme une ado à sa première fête. J'ai l'impression de voir la vie autrement, quelque chose à tout fait changé. Si je n'avais pas été là, dans cette ruelle, hier soir... Ma vie n'aurait jamais rimé à rien. On se lève, on se traîne jusqu'à leur coin cuisine. Je m'éclate à faire du café, découvre le fonctionnement d'une cafetière, moi qui me le faisait servir d'habitude. On se retrouve tous dans le canapé, moi, toujours sur Narek. On sirote, papote, rigole. En ce qui concerne moi et le jeune homme, on se tripote aussi discrètement. Je me sens horriblement bien !
- Alors, comment vous vous êtes rencontrés ? demande alors le plus vieux.
Je réagis au quart de tour alors que je sens que mon compagnon panique.
- Hier soir. Au début on voulait tuer la même personne. On s'est chamailler comme des gosses et puis quand j'ai décidé de changer de tactique, Narek a suivi...
Je me mets à rire et les autres aussi.
- Je serais toi mon vieux, je la lâcherais pas ! Une fille qui couche avec toi sans te connaître et qui est aussi sympa, j'en connais pas beaucoup ! dit le plus vieux en donnant un coup de coude à son interlocuteur quand il passe près de nous.
Je souris au compliment et je me tourne pour voler un baiser au jeune homme. Les sifflements redoublent et je balance un coussin sur les siffleurs. Je n'ai jamais eu un si beau réveil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 8:58

Pour moi aussi, qu'est-ce tu crois ? Que ça m'éclate de me réveiller en pleine nuit !
Les deux se fixent dans les blancs,des yeux,communiquant dans une langue que seuls eux deux entendent même si le silence est complet,ils se parlent sans utiliser des mots,qui sont totalement inutile dans ces cas-là.Elle se blottie un peu plus contre lui.Narek lui passe ses bras autour d'elle,bien décidé à la garder.Le sommeil les emportent avant qu'un seul moi soit prononcés.Leurs respirations s'accordent,comme si,depuis toujours ils étaient ensemble.


Narek sens les draps et le corps de Withney remuait près de lui mais il est encore trop endormi pour réagir,la tête planqué sous le draps$,il ne veut pas bouger.Mais le bruit de la porte qui s'ouvre finit par le force à sortit la tête du tissu.Si il s'était ecouté,il serait aussitôt retourné sous le drap mais le fait que ce soit ses compagnons,justiciers qui se tiennent là,le fait grogner de nouveau,ça va finir par devenir une habitude.Withney s'enroule dans le drap,pour bien cacher son corps à la vue des intrus qui se pensent discret à chuchoter. Il aurais bien aimé leur claquer la porte au nez mais sa 'ptite rouge,s'en charge pour lui,elle leur envoie un oreiller , et Primo ce le prend en plein dans la face.Narek esquisse un sourire tandis que son compagnon rit et le renvoie à la fille rouge.Et tandis que lui peine à garder les yeux ouverts,une bataille de polochon démarre,Narek finit par se prendre un oreiller dans la figure,ce qui achève de le réveiller,il le renvois à son propriètaire,entrant à son tour,dans la battle.Il observe Withney du coin de l'oeil,ce qui fait qu'il se retrouve vite sous un pluie de coussin.Elle est très sexy enroulé dans le drap,alors que lui est en caleçon.Les justicier,n'ont pas leurs armes,sans doute sont-elles posés dans la pièce d'à côté.Narek à perdu ses sabre hier au cours du petit combat et à cet instant il ignore totalement ou ils sont.Le soleil entre dans la pièce,éblouissant un peu tout le monde.Narek aurait bien aimé être à l'ombre,sa part rat n'aime guère autant de lumière,il toujours préféré l'obscurité.La planque est dans un bazar pas possible et des plumes volent un peu partout,en fait il y a en pas mal dans toutes les tignasses.Tout le monde finit par se ressaisir et ils décident de déjeuner,un peu,c'est le matin après tout.Il regarde sa p'tite rouge qui s'amuse à apprendre avec Primo comment sa marche une cafetière,on dirait une enfant découvrant un nouveau monde.Une fois le café servit (on se demande un peu comment,vu le talent de Withney) on va tous s'affaler dans le canapés et les deux fauteuils,lui il choisit un coin du canapé et se retrouve vite avec sa p'tite rouge dans les bras.Tout le monde discutant,comme si ils étaient tous de la même facile,discrètement il trace des cercles avec son doigt sur le ventre de Withney.
Alors, comment vous vous êtes rencontrés ?
Fait,un des justiciers dont le prénom est inprononçable : Vantoryl. Narek se demande bien,ou les parents du justicier sont allés chercher ce prénom si étrange.Mais les mots qu'il a prononcés sont inquiètant,le jeune homme se raidit un peu et sa compagne,s'en rendant compte,prend la situation en main:
Hier soir. Au début on voulait tuer la même personne. On s'est chamailler comme des gosses et puis quand j'ai décidé de changer de tactique, Narek a suivi...
Ils éclâtent tous de rire et Narek finit par suivre.Vantoryl reprend:
Je serais toi mon vieux, je la lâcherais pas ! Une fille qui couche avec toi sans te connaître et qui est aussi sympa, j'en connais pas beaucoup !
Il lui donne un coup de coude en passant près d'eux et Withney lui vole un baiser tandis qu'il se concentre sur mon comparse,et les dit comparses se mettent à siffler,sa p'tite rouge leur balançent un coussin.Et les éclats de rire reprennent.Ils discutent un moment,rient,papottent mais neuf heures sonnent.Cette c'est le plus petit des quatre qui parle:
On va vous laisser,les Amoureux ! On a du boulot..Et toi là t'as intérêt à bosser demain.Aujourd'hui on te laisse en congé.
Il lui fait un clin d'oeil,qui fait sourire Narek,les gars partent après avoir dit au revoir et lui garde sa p'tite rouge dans ses bras,il l'embrasse dans le cou,la sentant frisonner dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Sam 28 Jan - 10:04

Quand neuf heures sonne, les quatre comparses se lèvent:
- On va vous laisser,les Amoureux ! On a du boulot... Et toi là t'as intérêt à bosser demain. Aujourd'hui on te laisse en congé, lance le plus jeune, Primo, à Narek dans un clin d'oeil qui amuse ce dernier.
Ils me font tous signe en partant et je leur répond avec un grand sourire, un peu triste de les voir partir. Mais les lèvres de Mimi dans mon cou me rappellent que je ne suis pas seule. Je frissonne. Il voit que ça me plait et recommence, sa langue caressant ma peau doucement. Je soupire. Il m'allonge contre lui. Je reste encore dans ses bras en me demandant ce que la mafia va faire sans moi. Mais je me fiche de mes hommes, je me fiche qu'ils attendent mes ordres, je me fiche de recommencer mes conneries. Je ne veux, désire, exige, souhaite, qu'une unique chose, ne plus jamais partir d'ici. Nos mains aux doigts entrelacés se caressent, je sens son souffle contre ma nuque, je sais qu'il me regarde.
- Ils sont sympa tes potes, franchement, je lâche en souriant.
Il me répond par un nouveau baiser dans le cou. Je suppose que ça veut dire "oui, je sais" . Je finis de boire mon café et le pose sur la table. Je me mets à chanter en anglais et à mimer une guitariste. Narek rit en me voyant. Je le fais se lever, l'attrape par les poignets et l'attire vers moi. Après quelques pas de rock, je le traîne jusqu'au coin salle de bain. Je suis contente de voir qu'il est équipé, de plus en plus de gens le sont à Paris, et même si mes hommes pensent le contraire, je trouve que c'est une très bonne chose. Mimi me plaque contre le carrelage et je frissonne en sentant ses doigts s'inviter sous ma robe improvisée. Il décroche le noeud et m'embrasse. Je réponds. Je le pousse jusque dans la douche et tourne le robinet. L'eau froide, puis chaude, nous éclabousse, nous inonde, glisse sur nos deux corps enflammés. Je le serre contre moi. Je vis une vie normale aujourd'hui, c'est mon objectif. Je prends cette journée pour faire des choses communes, je veux faire comme si je n'étais pas une mafieuse droguée, sadique et monstrueuse. Je vais vivre comme une fille dans un jeune couple, qui découvre la vie à deux. Narek a l'air de vouloir ça aussi, j'ai deviné que sa vie ne devait pas être facile et pas franchement palpitante. Pour l'instant, nous sommes sous la douche, on fait des bulles avec le shampoing, on s'embrasse, on se fait plaisir, on joue aux gamins. On ressort trempés, dégoulinant, propres. J'attrape la première serviette qui me passe sous la main et on s'éclate à se chamailler pour se sécher. Le jeune homme s'amuse à démêler mes longs, très longs cheveux rouges avec un peigne qui a vécu trop longtemps et qui n'est donc pourvu que de quatre dents. On se rhabille entre deux baisers, deux caresses, deux rires. J'enfile une nouvelle chemise la piquant dans les affaires de Primo qui est le plus fin des justiciers. Je rejoins Narek dans le salon et je nous verse un verre de jus d'orange. Je vide le mien en deux secondes et m'allonge en posant ma tête sur ses genoux. Je lui souris, je le trouve tout mignon, magnifique, et je pense même commencer à éprouver quelque chose pour lui, depuis seulement quelques heures que je le connais. Si c'est pas un coup de foudre, je vois pas ce que ça peut être d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Dim 29 Jan - 9:23

Narek continu d'embrasser sa rouge,dans le cou,sur l'épaule,dans le dos,il s'amuse bien à la voir frissonner,sous ses baisers.Il aime la voir soupirer,il l'aime tout simplement,p'être.Elle s'allonge plus contre lui,ses bras autour d'elle,il est bien ainsi.Il l'entend parler mais il lui répond par un baiser dans le cou,c'est vrai que ses amis sont sympas.Elle finit par quitter l'abris de ses bras,et va ranger sa tasse vide sur la table.Le jeune homme ne s'attendait pas à ce que la jeune fille,se mette à chanter en anglais et à gesticuler comme une guitariste,il en éclate de rire,tant cela le surprend,décidément la jeune fille ne cesse de l'étonner.Il ne peut rien prédire avec elle.Et il adore ça,du naturel,de l'improvisation et beaucoup d'amusement,un bon cocktail .Elle le force à se lever et il se met à danser le rock avec elle,en plein milieu du coin cuisine de la planque en bazar,pas commun comme situation mais très amusant .Elle l'emmène,jusqu'a la salle de bain,une petite pièce à l'écart des autres.Il la plaque contre le mur carrelé sans perdre de temps,il glisse ses mains sous le drap noir,qui lui sert de robe.Il adore sentir sa peau gelée sous ses doigts qui eux sont plutôt brûlants.Il finit par détacher sa robe improvisée,pour mieux profiter du corps de sa p'tite rouge.La jeune femme l'entraîne dans la douche et elle joue avec le jet d'eau,eau chaude,eau froide et ainsi de suite.Les deux jeunes,s'amusent comme des gamins,s'éclaboussant,s'inondant,pire que deux gamins en fait.Narek ne croit pas vraiment qu'il vit ça,il a plus l'impression de vivre un rêve et que dans cinq minutes,il va se réveiller,secouer par Primo,qui lui criras qu'il est en retard.Narek est redevenu un enfant,au contact de rouge mais une part de lui ,n'est pas enfantine,Narek est un fataliste.Il voit la vie en rose mais pour lui-même,il voit tout en noir,il va se réveiller,il le sait et elle ne sera plus là ,sa rouge n'aura était que le fruit de son imagination,qu'il ferait mieux de dompter.Les rêves n'aident pas à vivre.Ni à survivre.Pourtant la jeune femme se serre contre lui,il oubli ses sombres pensées,plus tard,plus tard,il y penseras.
Le couple continu de se chamailler et ce-même une fois sorti de la douche,pour la serviette,cette fois,qui se sécheras en premier ? Narek finit par abandonner et laisse Withney se sécher en premier.Puis dans la tête du jeune homme,une idée pointe le bout de son nez.Il sort un vieux peigne dans un état pas possible et passe un bon moment à démeler les longs cheveux écarlates de sa rouge.Il s'amuse à faire ça,il n'as jamais eu de soeur,ni de mère,alors des longs cheveux,c'est un peu captivant pour lui.Un mystère.il adore les faire glisser entre ses doigts.Pour se rabiller,c'est un vrai enfer,enfin presque,c'est assez compliqué vu que les deux amoureux ont du mal à se lâcher plus de deux secondes.Après qu'il aient réussis à se vêtirent,ils finissent sur le canapé,lui avec Withney sur ses genoux,et elle la tête posé sur ses jambes,il caresse ses cheveux d'une main,tandis qu'elle sourit.Mais Narek est un anxieux,il voit le futur et après le présent,il murmure doucement,cassant un peu le rêve dans lequel tout les deux évolaient depuis un moment.
Que ce passera-il après ?
Il la regarde,fixe ses prunelles rouges dans les siennes,rouge et grise,il redevient grave,la poussière de fée ne marche plus,Peter Pan est parti,Narek est de nouveau grand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mar 31 Jan - 8:52

Il caresse mes cheveux dans le silence. Mais il brise la glace le premier, trahissant les mauvaises pensées que je m'efforce d'éloigner.
- Que ce passera-il après ?
Il me regarde dans les yeux, comme s'il veux transpercer mon âme. Je me redresse et fixe mon verre de jus d'orange vide posé sur la table dérangée. Je ne peux pas lui demander de venir à la mafia avec moi. Ce serait comme de demander à un flic de tuer quelqu'un d'innocent et de sang froid en plus. Notre condition est effectivement très tordue. Mais moi ? Rien ne m'empêche de rester dans l'univers du crime éternellement. Personne ne me retient de là où je viens, je n'aime personne et personne ne m'aime. Je ne sers à rien à part de machine à torturer. Je suis là. Aujourd'hui j'ai trouvé une place, j'ai trouvé quelqu'un auprès de qui j'ai de la valeur, en cet instant ma pauvre vie apprend à avoir de la valeur. Tous ces mecs qui sont si sympas, et Narek dont je n'ai plus envie de me séparer. Je me tourne vers lui, il ne m'a pas quitté des yeux.
- Je vais rester ici.
Je vais l'enjamber et je prend son visage entre mes mains.
- J'viens du vide. Je ne manqu'rais à personne, j't'assure.
Je l'embrasse comme pour appuyer mes pensées. J'ai l'impression de ne savoir faire que ça. Je me relève, je quitte son étreinte de peur d'y rester trop longtemps et de ne plus savoir m'en défaire.
- Je vais d'venir une justicière comme toi et les autres.
Je pense à mon katana resté sous le pont hier soir, il faudra que j'aille le rechercher. Je vais dans le coin cuisine et me resserre une tasse de café. J'en propose une à Narek mais il secoue la tête. Je tiens la porcelaine chaude entre mes mains en m'appuyant contre le bar. Je fixe le liquide noir qui n'est décidément pas si mauvais malgré que ce soit moi qui l'ai fait. Je manque de sursauter quand je sens le jeune homme contre moi. Il se déplace à une allure si rapide que l'on ne le distingue presque pas et j'oublie de faire attention. Il me bloque contre le plan de travail et je lève les yeux vers lui en me mordant la lèvre inférieure. Je pose mon café sur le bord du présentoir et l'enlace sans le quitter des yeux. Il me dit que j'ai raison, que je suis sa p'tite rouge et que je ne le quitterais pas. Tout ça par un simple regard échangé. Un langage muet, compréhensif que par nous deux. Je fourre mes doigts dans ses cheveux blancs et il se penche vers moi, s'empare de mes lèvres avidement et je lui rend son baiser avec amusement. Je joue avec lui et j'adore ça, mes mains s'aventurant sous son t-shirt. Je suis sure que je ne pourrais plus jamais faire sans lui. Il m'attrape par les cuisses pour m'asseoir sur le bar quand je me cambre pour essayer de m'échapper de son étreinte. Il ne veut pas que je m'enfuie, il me retiens, s'agrippe à moi et m'embrasse sauvagement. J'accueil ses gestes, j'y réponds, je souris mentalement. J'ai envie de lui hurler que je l'aime. Même si je suis folle. Il s'arrête, essoufflé, pose son front contre le mien, ses beaux yeux plongeant dans mes prunelles de sang. Il me dit qu'il va se réveiller mais qu'il ne veut pas. Je laisse échapper un petit rire, je le regarde.
- Non, tu vas pas te réveiller. J'suis là. J'suis vraiment là. J'm'en vais pas. J'te promets !
Je lui mordille la lèvre. Mes pensées se confondent, je croule sous les baisers qui s'enchaînent à son allure, rapide, fougueux mais parfaits. Je soupire et gémis, haletant, perdu dans brasier de sensations. Je dois être une autre personne, perdue dans un autre monde, au fin fond d'une autre galaxie. Moi aussi je crois que rien est vrai. Mais pourtant la saveur de ses lèvres est bien là.
- J'te prouve que je suis réelle ?
Je ris, il joint son rire tout mignon au mien. On se serre l'un contre l'autre. Je l'aime. C'est dingue. C'est illusoire. Mais si je suis dans un rêve, rien est vrai. Je l'aime. Point. Oh, je l'aime ! Je l'embrasse avec passion, fureur, je l'attirer contre moi, je le caresse, j'ai la tête qui tourne et le monde va à l'envers. Mon dieu, je l'aime ! Je perds la raison, je voyage, je ne suis pas consciente, je vais me réveiller et pleurer sa disparition. Pourtant quelque chose me souffle que le corps plaqué contre moi, dont le coeur palpite au rythme ardent de mon propre siège de vie, est tout sauf imaginaire. Narek est là. Je l'aime, j'aime mon Mimi et je me perds dans l'océan de ses baisers acharnés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mer 1 Fév - 9:42

Elle se redresse mais Narek continue de passer sa main dans ses longs cheveux éclatants.Ses cheveux rouges,étaient moins emmelés qu'avant mais à force qu'il joue avec,des noeuds se reformaient.Cela renfrogna un peu Narek,qui s'évertua à enlever ses petits noeuds,qui faisait qu'il pas les caresser comme il voulait.Elle finit par se tourner vers moi,un air un peu plus grave qu'avant.
Je vais rester ici.
Elle s'assit sur lui,pris son visage entre ses mains.Il la fixa dans les yeux,ses prunelles rouges sang semblaient luire dans la semi-obscurité qui régnait dans la planque.
J'viens du vide. Je ne manqu'rais à personne, j't'assure.
Venir du vide ? Quelle drôle d'idée.Narek réfléchit quelques secondes à ses paroles,sans doute venait-elle comme lui,d'un endroit ou on s'occupait pas vraiment de lui,ou on le prenait pour quelqu'un d'autre,certainement ce genre de chose.Elle pose ses lèvres soyeuses sur celle de Narek et avant que celui-ci lui rende son baiser,elle quitte ses bras et se lève.Narek aurait voulu la garder prisonnière encore longtemps mais il n'en laissa rien paraître.
Je vais d'venir une justicière comme toi et les autres.
Là Il failli,carrément éclaté de rire,Withney,la meurtrière voulait devenir une justicière ? Comment ferait-elle ? Surtout que si il avait bien suivi,elle avait besoin de sang..Quoique,elle pourrait prendre sur ses victimes l'hémoglobine.Elle alla se resservir un café et lui en proposa un,qu'il déclina,le café et Narek c'était une relation vraiment très moyenne.Il n'aimait pas ça mais c'était le seul truc qui lui permettait de rester debout,quand il avait passé la nuit dehors.Mais bon ,vu que là il ne comptait pas bosser,il s'en fichait un peu,d'être à moitié endormi.Il se leva du canapé et rejoint sa rouge en un éclair,il sentit retenir un sursaut,ce qui le fit sourire,à il pouvait la surprendre !
Sa c'était intéressant.Ils s'enlacèrent,et juste avec un regard,ils se disent des centaines des choses,que seuls eux entendent,que seuls eux comprennent.Des milliers choses leur parvenait à chacun,chacun partageant ses moindres pensées et même si aucun des deux ne pouvait le vérifier,ils étaient sûr que l'autre avait tout entendu.Des baisers sont échangés,tandis que la jeune femme trifouille dans sa chevelure,il sent ses mains qui glissent sous son t-shirt,il frisonne d'une façon imperceptible.Souriant,il la fait s'asseoir sur le rebord du bar, il s'agrippe à elle,il l'embrasse avec ardeur,il ne veut surtout pas lâcher,après elle est presque à lui non ?
Essoufflé il s'arrête,pour respirer un peu,elle rit et il sourit,elle se moque un peu de lui mais tant pis.
Non, tu vas pas te réveiller. J'suis là. J'suis vraiment là. J'm'en vais pas. J'te promets ! J'te prouve que je suis réelle ?
Et pour lui prouver,elle l'embrassa,elle l'embrassa à lui faire perdre la raison.Un baiser qui lui fit tourner,la tête,il se demandait si elle,ressentait ce genre de chose.Mais lui aussi lui rend son baiser,avec ardeur,comme si il allait la perdre,comme si c'était vraiment un rêve et pourtant là il en était sûr,elle est réelle.
Tu es vraiment là,p'tite rouge.T'es vraiment là.Avec moi.Mais y a un truc que j'ai du mal à imaginer..
Narek prit un air malicieux et sourit avec une lueur amusée dans le regard.
Toi,justicière.Je me demande bien ce que ça va donner.
Il se retenait de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Lun 6 Fév - 9:22

Il se décale mais reste près de ma bouche, parce qu'il sait que je ne résiste pas longtemps, le sadique.
- Tu es vraiment là,p'tite rouge.T'es vraiment là. Avec moi. Mais y a un truc que j'ai du mal à imaginer... Toi, justicière. Je me demande bien ce que ça va donner.
Il se retient de rire et se paye ma tête. Je lui envoie un coup de coude en souriant. Je lève les yeux au ciel et réplique d'un air amusé:
- J'suis bien capable d'faire comme toi ! Pis du moment qu'tu m'demandes pas d'mettre une cape de superwoman, bah tout va bien !
Il sourit et s'empare de nouveau de mes lèvres, les mordillant avec acharnement. Mais je ressens le manque au mauvais moment, comme des pulsions imperceptibles. Je me hisse du bar en l'agrippant et je l'embrasse vigoureusement, il est un peu surpris et manque de perdre l'équilibre. Je tremble un peu sous l'adrénaline qui bat son plein. Mes veines pulsent, mon cerveau crépite, mon coeur tressaute et mon corps boue. Je le plaque sauvagement contre le mur et il glisse ses mains sous ma chemise un peu grande, s'invitant sur ma peau froide. Il parcours mon ventre avant d'hésiter pour aller plus haut, je l'y incite en redoublant de vigueur dans mes baisers. Mais alors qu'il me tripote, mes yeux s'allume, mon vente s'enflamme, mes pattes ont envies de pousser et mes mandibules font craquer la peau de mes joues. J'ai beau voir vidé trois hommes de leur sang hier soir, je ressens déjà le manque. L'excitation y ait pour quelque chose, et après la nuit que j'aie passé entre les mains de Narek, d'un côté le fait que j'ai des pulsions me soulage, cela signifie que je fonctionne bien intérieurement. Je me recule vivement de lui en me contrôlant pour ne pas lui montrer mon aspect de monstre. Je sais que les araignées sont des insectes très peu appréciés. Il me dévisage, la lèvre en sang depuis que je l'aie mordu. Je ne résiste pas à la vue du liquide pourpre qui coule le long de son menton, je me rapproche de lui lentement et je lèche avec précaution la goutte écarlate d'hémoglobine. Il frissonne en me regardant faire, louchant sur mon corps collé contre le sien, qui convulse sous l'envie. Je le regarde, un peu de dépit dans les yeux.
- J'peux boire ton sang ? Les pulsions sont fortes et pas vraiment contrôlables... J't'oblige à rien, mais c'est juste que..., je passe encore ma langue sur sa lèvre ensanglantée. Tu sens bon et ton sang est exquis.
Je ne souhaite pas vraiment le faire, ça ne m'amuse pas trop de taxer le liquide de vide du mec dont je suis amoureuse, Mimi ne mérite pas ça franchement. Mais je n'en peu plus de me retenir et je sais qu'avec lui je serais douce, enfin, j'essaierais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2012

Feuille de personnage
Race: /
Première arme: Rien
Capacités physiques: Neutre

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Mar 7 Fév - 9:27

Elle lui envoie un petit coup dans les côtes,qui le fait sourire,tandis qu'elle lève les yeux au ciel,ou plutôt vers le plafond tout pourri.Narek s'amuse bien à se payer la tête de sa rouge.
J'suis bien capable d'faire comme toi ! Pis du moment qu'tu m'demandes pas d'mettre une cape de superwoman, bah tout va bien !
Il sourit et trop attirer par les lèvres de Withney,il l'embrasse,mordillant ses lèvres soyeuses,encore amusé par sa réaction de tout à l'heure.Il joue,il la taquine,juste en l'embrassant,.Mais d'un coup,elle se met à l'embrasser avec vigueur et il semble que Narek ne s'y attendait visiblement pas,puisqu'il manque de se ramasser,mais sa rouge le plaque contre le mur,avec force et sans aucune douceur.La jeune homme a beau être surpris,il glisse ses mains sous sa chemise,laissant courir ses mains sur son ventre,hésitant à monter plus haut mais la jeune femme intensifie ses baisers sauvages et il laisse aller ses mains librement sur la peau glaciale de sa p'tite rouge.Mais il aperçoit une lueur sinistre qui s'allume dans les yeux sanglants de Withney,il la regarde stupéfait.Que lui arrive t-il ?Il sent quelque chose de liquide coulait le long de sa lèvre,il y porte la main et se rend donc compte qu'il saigne,elle l'a mordu et pas doucement visiblement.Il passe ses doigts sur sa plaie,enlevant un peu de sang mais il continue de couleur irrésistiblement.Il repose sa main et regarde sa Withney,quitter ses bras presque d'un bond,tant elle le fait vivement,maintenant Narek la dévisage,un peu inquiet.Puis il la voit s'approcher,lentement,il pense qu'elle veut jouer avec lui,le tentant mais au lieu de l'embrasser,elle récupère la goutte de sang qui coule de la petite plaie.Narek commence à s'effrayer car il sait que quoi qu'il se passe,que même si sa With' se transformait en monstre,il ne pourrait pas la blesser.Il ne le pourrait pas.Il regarde son corps,prit de convulsions,elle lui lance un regard dépité.Il ne comprends pas mais il la regarde toujours.
J'peux boire ton sang ? Les pulsions sont fortes et pas vraiment contrôlables... J't'oblige à rien, mais c'est juste que...Tu sens bon et ton sang est exquis.
Il sent sa langue lécher sa lèvre ensanglanté.Mais Narek commençait à ne plus avoir peur,il prit doucement son visage entre ses mains et il sourit tendrement,un sourire confiant,qui signifie "Fait ce que tu veut,je te fait totalement confiance..." Doucement encore,il guida son visage vers sa gorge devinant facilement qu'elle allait le mordre là.il voit les mandibules de WIthney sortirent et des yeux apparaîtrent sur son visage,il l'a déjà vu comme ça.Le jour ou il a tué la féline.Lorsqu'il sent les mandibules de sa rouge le mordre.Il serre les dents,pas question de se plaindre,ni de crier,ni de gémir.Il ne veut pas montrer que cela fait un peu mal et que Narek est sensible du cou,mais ça c'est comme la plupart des rats et autres bestiaux dans le genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whitney De Vallois

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : ...

Feuille de personnage
Race: Chimère
Première arme: Un katana rouge et noir avec la lame aiguisée proprement en argent.
Capacités physiques: Forte humainement et puissante sous forme chimérique

MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   Ven 10 Fév - 6:45

Il prend mon visage entre ses mains et me sourit, comme pour me dire qu'il est mon nouveau jouet. Il guide mes lèvres jusqu'à sa gorge. N'en pouvant plus, mes mandibules sortent de mes joues presque automatiquement et mes six autres yeux apparaissent, j'arrive juste à contenir mes pattes. J'ouvre une petit entaille dans la chair grâce à mes deux mandibules et mes canines crochues viennent pomper le sang de Narek. Le liquide jaillit dans ma bouche, coule dans ma gorge et se répand avec délice dans mon corps en manque. Au fur et à mesure que je bois, mes mandibules se rétractent et mes yeux deviennent invisibles. Je le mord plus doucement, juste avec les dents, pressant mes lèvres gonflées par l'hémoglobine contre sa peau. Il sent bon. Son sang à un goût de fruits rouges et sa pointe cuivrée est merveilleuse. Il a serré les dents au début, l'étreinte lui faisant mal, il s'est retenu de crier sa douleur. Je l'évacue en me plaquant contre lui pour le caresser, il ferme bientôt les yeux et se laisse assaillir par les vagues de plaisir. J'ai des frissons partout et je goûte avidement à son liquide écarlate qui abonde, mon cerveau est en ébullition et je ne fais plus qu'un avec l'esprit de Mimi. Il se tient à moi, me presse la main pour me demander d'arrêter. Je m’exécute et lèche la plaie pour la refermer. Je reste dans ses bras encore un moment, le visage niché dans son cou. Son t-shirt est plein de sang et des gouttes perlent sur mon menton, je me rend compte que je n'ai pas été aussi douce que j'aurais espéré. Je m'en veux un peu. Je me redresse, il ouvre les yeux et me regarde. Il me mange littéralement du regard et je lui souris, meurtrie par ce que je viens de faire qui n'est pas super romantique. Je ne sais pas s'il fait ça pour me réconforter ou pour m'imiter, ou même simplement par envie, il se penche vers moi et du bout de la langue caresse la peau blanche de mon menton où il reste du sang, son propre sang. Il remonte jusqu'à la commissure de mes lèvres en me tenant les mains et porte nos poignes sur son torse, je l'agrippe et il m'embrasse. Je lui rend son baiser, prise dans le feu de l'action, je ne sais pas pourquoi je lâche ça, mais je le fait. Entre deux gémissements, je lui souffle:
- Je t'aime.
Je ne sais pas si je le pense. Enfin si oui, je le pense. Mais bon, quand vous me voyez vous avez du mal à croire que je suis douée de ce sentiment, alors bon. Je ne sais pas trop moi. Il me retourne et me plaque à son tour contre le mur, qui se fissure à force d'ailleurs. Je sens le choc irradier dans ma colonne vertébrale et me faire tourner la tête d'adrénaline. Il me dévore à présent, il m'embrasse avec tant d'ardeur qu'il aspire mon âme et je la lui donne volontiers. Je dois avoir le goût de sang mais ça n semble pas le déranger. Je laisse mes mains voyageait sous ses vêtements, je le serre, je me cale contre lui, je sens son coeur battre la chamade près du mien. Des décharges électriques me traversent. Il m'embrasse dans le cou en me mordillant la peau et je laisse échapper un gémissement. Il repousse mes cheveux, m'embrasse encore, sans pouvoir s'arrêter, il me touche, me caresse, ne me laisse pas le temps de respirer. Nous sommes essoufflés à force de s'aimer trop fort et de se le dire trop ardemment. Je t'aime, Narek.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vilaine fille (PV Narek)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vilaine fille (PV Narek)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Les relations père/fille
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalypse Please :: Partie RP :: Paris même :: Bas-Fonds-
Sauter vers: